Les dossiers
Des actualités, des conseils et des ressources thématiques pour accompagner les jeunes

Les chambres d’écho : s’informer en dehors de son fil d’actualité

Chacune de nos recherches sur Internet crée des données qui sont collectées par la majorité des moteurs de recherche et des sites Internet. Ces données sont ensuite utilisées pour nous proposer des contenus personnalisés, susceptibles de nous intéresser. Chaque recherche est donc influencée par les précédentes. 

Aujourd’hui, les jeunes s’informent essentiellement sur les réseaux sociaux. Ceux-ci font remonter sur notre fil d’actualité les publications que nous aimons, commentons et partageons le plus. Celles que nous « likons » le moins nous sont donc moins visibles, voire inexistantes.

Les réseaux sociaux forment donc ce qu’on appelle une « chambre d’écho » ou bulles de filtres : on ne voit que les messages postés par ceux qui pensent comme nous. 

Dans ce contexte, il est difficile de croiser différentes informations et de se construire un avis éclairé et objectif.

 

Pour éviter de se retrouver enfermé dans une bulle d’information, voici 5 réflexes à adopter :

  1. Faire ses recherches sur des moteurs de recherche et des réseaux sociaux alternatifs qui ne collectent pas les données personnelles, comme le moteur Qwant qui propose aussi une version pour enfants Qwant junior.
  2. Paramétrer ses réseaux sociaux pour protéger ses données personnelles et décider de ce que vous voyez, ou décocher la case « Afficher les suggestions de recherche » de son moteur de recherche. 
  3. Avoir un regard critique face aux informations trouvées sur Internet et avoir conscience que les informations auxquelles nous avons accès sont influencées par nos recherches et nos préférences.
  4. Croiser différentes sources sur une même information. Une vidéo ou un article qui nous est suggéré n’est pas fiable pour autant.
  5. S’informer sur différents médias et aller chercher soi-même l’information plutôt qu’attendre qu’elle ne vienne à nous.

> Les « chambres d’écho » font remonter les informations liées à nos préférences. Elles participent à la désinformation en empêchant le changement d’habitudes et l’ouverture à des points de vue différents du sien.