Safer Internet Day
DUI Union européenne

Soutenu par l'Union européenne

USAGES - Mobile

USAGES - Mobile

Internet au bout du fil, aujourd'hui c'est normal ! Le téléphone mobile est devenu un outil de communication quasi indispensable et connecté. Aujourd'hui 90% des ados ont un portable et 53% un smartphone avec lequel ils se connectent  (étude Junior Connect 2014).  Dotés d’outils multimédias, d'applications et de connexion à internet, les téléphones mobiles sont accessoirement des téléphones mais pas seulement !

 

 

 

 

 

Questions: 

Mon enfant emprunte ma tablette : est-ce une bonne idée ?

Mon enfant emprunte ma tablette : est-ce une bonne idée ?

Avec les tablettes, Internet à la maison devient tout aussi mobile qu'avec un ordinateur portable. L'intuitivité de ces supports en facilite l'accès aux plus petits, qui peuvent y perdre du temps et se retrouver sur une application inadaptée ou sur le web en un "touch". Quelques précautions s'imposent !

En 2013, l'équipement des foyers en tablettes a explosé. Selon l'étude Junior connect de 2014, 46% des foyers avec enfants en possèdent au moins une et 80% des moins de 7 ans empruntent régulièrement la tablette ou le smartphone de leurs parents. Même si 75% d'entre eux utilisent la tablette pour jouer via des applications, elle devient aussi le support privilégié des enfants pour surfer.

Un écran pour plusieurs usages !

La tablette rassemble en un même support la possibilité d'accéder à une multitude d'usages : jeux, consultation de sites, télévision, vidéos, appareils photos... autant de pratiques qui nécessitent un accompagnement spécifique et qui ne sont pas adaptées à tous les âges.

  • - Préférez les applications qui favorisent  des interactions  "intelligentes".  De nombreuses applications permettent à l'enfant, en étant actif, de développer des compétences. Attention en revanche à l"hyper-interactivité et aux resssources qui incitent à des actions répétitives et compulsives : à la longue elles peuvent énerver et isoler les enfants.
  • - Ne boudez pas pour autant les activités dites "passives".  Se poser un instant pour regarder un beau dessin animé, écouter une chanson, regarder une vidéo... autant de pratiques non-interactives qui ont la vertu de favoriser la concentration et l'aptitude à regarder et écouter.
  • - Choisissez aussi des activités qui peuvent se faire à plusieurs. Tablette ou pas, les enfants aiment surtout jouer ensemble ou avec leur parents. Pour les autres application, conçues pour une utilisation autonome,  une utilisation partagée  pourra aussi être plus profitable à l’enfant.
  • - Ce n'est pas parce qu'il y arrive que tout est bon pour lui ! Certes, l'intuitivité des interfaces tactiles a transformé les tout petits en pros des écrans et il est impressionnant de voir des bébés manipuler une tablette. Mais est-ce pour autant ce qui leur convient ? Après tout, si un enfant est capable de manger tout un pot de Nutella, cela ne signifie pas que c'est bon pour lui :)

Paramètrer sa tablette

Si vous ne pouvez pas être toujours à côté de l'écran avec votre enfant, un paramétrage permet de resteindre l'accès à des applications ou des contenus web.

- Sur Android, les versions récentes ont un système multicomptes permettant de créer des environnements différents pour chaque membre de la famille. Il existe aussi de nombreuses applications de verrouillage pour bloquer l'accès à certaines applications ou créer un espace dédié aux enfants.
- Sur iPad, il n'est pas possible de créer différents profils. Mais la rubrique Restrictions dans les Réglages/Général, verrouillée par un code, permet de limiter l'accès à des applis, d'autoriser ou non les téléchargements ou les achats inapps, voir même de bloquer certains usages web (vidéo, réseaux sociaux...)

Installer un contrôle parental

A partir du moment où les enfants peuvent accéder au web via la tablette, un contrôle parental est recommandé pour les plus jeunes pour sécuriser leur navigation. Comme sur un ordinateur, il existe de nombreuses solutions de contrôle parental, en mode gratuit pour une protection de base ou payante pour accéder à des options complémentaires ou un paramétrage plus fin.


Les applications de contrôle parental remplacent généralement le navigateur installé (qu'il faudra désactivé) par un navigateur sécurisé pour les enfants, bloquant l'accès aux sites préjudiciables. Certains proposent même des outils de gestion en ligne permettant de définir les horaires d'utilisation de la tablette, de contrôler les contenus autorisés ou interdits et même de recevoir  un rapport quotidien l'activité web de son enfant sur sa boite mail.

Quelques conseils pratiques : 

- Même s'il est tentant de laisser vos enfants prendre la tablette familiale pour surfer dans leur chambre, invitez-les plutôt à  l'utiliser dans une pièce commune.
- Comme les jeux vidéo, les applications ont une classification par âge. Soyez vigilants au moment de les télécharger.
- Sur la tablette ou via  des applications, des timers existent pour aider votre enfant à gérer son temps.
- Choisissez plutôt les applications dans les rubriques Enfants des stores : elles contiennent des protections supplémentaires pour éviter que vos enfants n'accèdent à de l'achat intégré ou au web sans votre accord.
- Désactiver l'accès au navigateur et à certaines applications vous permettra de confier votre tablette à votre enfant en toute sécurité.
Comme sur le web, accompagnez votre enfant dans ses choix et ses découvertes d'applications !

 

Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Les 3-7 ans
Modifié le 02/10/2014

Les nouvelles apps sociales d'échange et de partage de contenus

Les nouvelles apps sociales d'échange et de partage de contenus ?

Elles se développent dans l'ombre des principaux réseaux sociaux et rencontrent un succès croissant auprès des ados massivement équipés en smartphones. Ce sont les nouvelles applications sociales , souvent inconnues des parents, qui revendiquent des centaines de millions d'utilisateurs, et attisent la convoitise des géants Facebook ou Google. Décryptage et conseils.

Ce qu'il faut savoir

Ces services sont récents, évoluent rapidement, et n’ont pas tous encore de modèle économique très clairs.  Ils se sont construits en parallèle des géants Facebook et Twitter, mais à la différence de ces derniers, n’ont pas d’interface web. Leurs usages est exclusivement mobile et ils ont su séduire un public jeune, équipés de smartphone et plus enclin à développer leur réseau social loin de l'ordinateur familial.

Pour ce démarquer des leaders et séduire leur public, ces apps adoptent parfois une posture militante en faveur de la protection de la vie privée, et contre la publicité.

Pourtant la vigilance reste de mise concernant la protection des données personnelles (noms, numéro de téléphone, localisation, …) qui peuvent constituer une base de donnée monnayable et l'usage de ces services, souvent mis en cause dans des cas de harcèlements.

Quelles sont les principales applications sociales ?

- Les services de chats et d'échange audio/vidéo

          +  déjà présent sur ordinateur
   Whatsapp         Line                   Viber                   Skype

- Les services de partage de vidéos et d'images

       
Instagram          Snapchat           Vine

Qu’est-ce qu’on y fait ?

D’une manière générale, ce sont des services de discussion et d’échange de contenus. Mais ces applications rivalisent d'imagination et de fonctionnalités pour être au plus près des attentes de leur public cible : les jeunes. Ils se caractérisent par leur réactivité à l'air du temps !

Whatsapp : discussion texte en individuel ou en groupe, envoi de photos, vidéos, sons.

Skype, Line et Viber : envoi de messages, icones, photos, textes, et appels par internet, en individuel ou en groupe

Snapchat : partage de photos et de vidéos qui s'auto-détruisent au bout d’un temps court déterminé à l’envoi (10 secondes max). Attention, une photo éphémère envoyée peut-être récupérée par celui qui la reçoit.

Instagram : partage de photos avec le public et son réseau d’amis

Vine : partage de vidéos de 6 secondes avec le public et son réseau d’amis

 

Combien ça coûte ?

Ces applications sont généralement gratuites. Certaines ont même une démarche militante, revendiquant ne pas faire de publicité, ne pas collecter ni vendre d'informations personnelles. 
L’adage « si c’est gratuit  tu es le produit » n’est pas forcément celui de ces services. En quête de nouveaux utilisateurs ces applications ne sont pas encore dans une démarche de rentabilité économique. Car c'est le nombre d'utilisateurs réguliers qui leur confère une valeur que certains groupes sont prêts à s'arracher des milliards.

 

 

 

Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Réseaux sociaux
Modifié le 29/06/2015

Géolocalisation, réalité augmentée, quels risques potentiels ?

Géolocalisation, réalité augmentée, quels risques potentiels ?

La réalité augmentée est un terme qui réfère aux applications, le plus souvent mobiles, qui utilisent des informations de la réalité en temps réel. Par exemple, en donnant à l'utilisateur des informations liées à sa géolocalisation comme lorsqu'il recherche une station de métro ou un magasin, voire un ami, près de l'endroit où il se trouve. Le procédé est également utilisé largement dans une variété d'applications et des jeux, et certains réseaux sociaux.

Si en soi ces applications sont séduisantes et souvent très pratiques, il convient en tant qu'utilisateur d'être conscient des risques inhérent au procédé de géo-localisation :

> Activer la fonction de géolocalisation sur son téléphone, c'est accepter d'être potentiellement pisté par toute personne ou organisation capable de détecter les signaux émis par la puce, ce qui n'est techniquement pas très compliqué

> C'est aussi s'exposer aux logiciels malveillants qui peuvent utiliser cette fonctionnalité, en général à des fins commerciales de spams et autres actions de marketing ciblés non sollicitées, en volant purement et simplement des informations personnelles pour les intégrer à leur base de données.

En principe, nul ne peut vous localiser sans que vous n'ayez répondu   "oui" à la question "acceptez-vous d'être géolocalisé?". En pratique,  des tests tels que ceux menés par la CNIL (avril 2013) révèlent qu'un utilisateur lambda de smartphone se retrouve géolocalisés des dizaines et dizaines de fois par jour, sans en être conscients régulièrement par des applications qui n'ont pas besoin de ces données pour fournir le service promis...

On ne peut donc que recommander de ne pas activer le mode "géolocalisation" de façon permanente sur son mobile et de se poser quelques questions avant d'accepter d'être géolocalisé.

 

 

 

 

Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Mobile
Modifié le 11/04/2013

Téléphone portable : les bons réflexes

Téléphone portable sans risque : les bons gestes

La version initiale de cet article a été réalisé dans le cadre de la Newsletter "Cyber-enfants... Parents branchés" (n°2 téléphone mobile) en partenariat avec vosquestionsdeparents.fr. Il est mis à jour régulièrement par les équipes Internet Sans crainte

Les effets sur la santé des ondes électromagnétiques émises par les téléphones portables n’étant pas clairement définis, la prudence est de mise, tout particulièrement pour les enfants. Nos conseils, de l’achat à l’utilisation, pour ne pas prendre, et leur faire prendre, de risques inutiles.

Bien choisir son téléphone

En premier lieu, il convient d'acheter un téléphone qui présente un indice DAS (débit d'absorption spécifique), le plus bas possible (de préférence inférieur à 0,7 W/kg). Le chiffre, fourni avec les caractéristiques techniques du téléphone, mesure l'absorption des ondes radio par les tissus humains en watt par kilo (W/kg).

En France, il ne peut dépasser 2 W/kg au niveau du corps et de l'oreille. Aux Etats-Unis, la limite est fixée à 1,6 W/kg. A noter :
les DAS des smartphones, souvent au-dessus de 1 W/kg, se situent parmi les plus élevés.

 

Eloigner le téléphone des parties sensibles

Pour éloigner le téléphone de votre oreille, et donc de votre cerveau, préférez téléphoner à l'aide d'une oreillette à fil. Evitez également de garder votre téléphone dans votre poche près de vos parties génitales et de votre poitrine. Enfin, ne dormez jamais avec le téléphone en veille à moins de 50 cm de votre tête.

 

Ne pas téléphoner en se déplaçant

Autre conseil : évitez de passer vos communications en marchant. Pour maintenir le réseau, le téléphone fonctionne en effet à pleine puissance quand vous vous déplacez. Il est également fortement déconseillé de téléphoner en voiture, en bus, ou en métro. Les ondes électromagnétiques dégagées par l'appareil sont en moyenne deux fois plus élevées lorsque l'on téléphone à l'intérieur d'un habitacle en métal. C'est l'effet “cage de Faraday”.

 

Téléphoner peu et dans de bonnes conditions

Afin de limiter les ondes émises par le téléphone, il est préférable de téléphoner dans de bonnes conditions de réception : vérifiez que votre appareil affiche un maximum de “bâtons” avant de passer un appel. Et, mesure la plus sûre… : téléphonez le moins possible ! Privilégiez les SMS et… le téléphone fixe.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site du Criirem, le centre de recherche et d'information indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques.

 

Quel forfait choisir pour son enfant ?

Forfait bloqué ou carte prépayée ? Tout dépend de la fréquence à laquelle votre enfant va utiliser son portable. S'en servira-t-il régulièrement ou occasionnellement ?

Si vous optez pour un forfait, vous pouvez décider, au moment de souscrire l'engagement, de l'usage que votre enfant fera de son mobile, en choisissant une offre avec, par exemple, l'
envoi illimité de SMS (textos), l'accès à Internet ou la possibilité de télécharger de la musique.

Et n'oubliez pas que des
logiciels de contrôle parental existent aussi pour les mobiles ! Les opérateurs doivent vous les proposer lors de la souscription d'un abonnement. Ils permettent de bloquer l'accès aux services inadaptés aux jeunes utilisateurs (sites de rencontres, ou réservés aux sites adultes essentiellement).

 

Le 2 mars 2010 Oanna Favennec

 

Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Mobile
Modifié le 11/04/2013

Que faire en cas de spams sur son mobile ?

Que faire en cas de spams sur son mobile ?

Vous en avez assez de recevoir des SMS abusifs sur votre téléphone mobile ?

POur signaler un spam, il suffit de contacter par SMS le 33 700, un dispositif d'alerte mie en oeuvre par le  Secrétaire d’Etat chargé de l’Industrie et de la Consommation, les éditeurs de services et les hébergeurs

Comment, quand, pourquoi ?

L'association SMS + donne sur son site http://www.33700-spam-sms.fr toutes les informations nécessaires pour gérer ce type de problème.

 

Voici d'ores et déjà quelques mots clés à envoyer par  texto pour faire cesser les spams par SMS

> STOP - Pour ne plus recevoir de SMS de la part d'une société donnée, envoyez le mot STOP par SMS au numéro expéditeur du message qui vous importune.

Attention toutefois ceci ne fonctionne que  pour les numéros expéditeurs à 5 chiffres commençant par 3, 4, 5, 6, 7 ou 8.

Le message STOP est facturé au prix d'un SMS normal non surtaxé et est inclus dans la plupart des forfaits des opérateurs mobiles

> CONTACTPour obtenir les coordonnées du service client de l'expéditeur du Spam, tapez CONTACT et envoyez par SMS au numéro expéditeur du message.

Attention, ceci ne fonctionne  que pour les numéros expéditeurs à 5 chiffres commençant par 3, 4, 5, 6, 7 ou 8.

Le message CONTACT  est facturé au prix d'un SMS normal non surtaxé et est inclus dans la plupart des forfaits des opérateurs mobiles

 

Et quelques conseils pour éviter les soucis

> Ne donnez pas votre numéro de mobile à n'importe qui que ce soit oralement, dans des formulaires, pour participer à des tirages au sort, par SMS, etc...

> Attention aux messages non sollicités de tous types ( SMS, MMS, mail, téléphoàne) qui vous demandent vos coordonnées

> Certains spams vous demandent d'appeler un numéro qui s'avère être surtaxé.

> Vigileance en particulier pour les numéros de ce type :  08.9X.XX.XX.XX.

 


Comment  signaler un SMS abusif

> Transférez tel quel ce SMS au numéro 33700

Surtout pas de commentaire, cela complique la tâche pour traiter le problème ! Après envoi, vous recevrez un message du 33700 vous invitant à compléter votre signalement en renvoyant au 33700 le numéro depuis lequel vous avez reçu ce SMS abusif.

Suite à ces signalements, des actions seront menées par les opérateurs auprès des sociétés concernées.

L'envoi d'un SMS au 33700 s'effectue au prix d'un SMS normal (non surtaxé) et est inclus dans les forfaits des opérateurs mobiles

Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Mobile
Modifié le 11/04/2013

Qu'en est-il du harcèlement en ligne ?

Qu'en est-il du harcèlement en ligne ?

Depuis quelques années, le cyber-harcèlement fait de plus en plus parler de lui. Ce phénomène, qui n’est autre qu’une forme d'agression portée par les nouvelles technologies de la communication, se concrétise par la réception répétée de messages par SMS ou sur le Net (Facebook, skype, e-mail, blogs, communautés de joueurs, etc). On réagit ?


Dans les cas de harcèlement en ligne, un enfant reçoit un cumul de messages anonymes provenant en général de différentes sources, sur ses différents médias, typiquement son téléphone mobile, ses comptse sur lese réseaux sociaux, sa messagerie instantannée.. Ces messages tournent généralement autour de moqueries, insultes, voire de menaces, intimidations ou chantage et sont parfois accompagnés de mesures d’ostracisme à l’école ou autres lieux de socialisation. Souvent, les actions de harcèlement en ligne sont accompagnés de harcèlement ou violences physiques.

Parfois, les auteurs de ces messages demandent de l'argent pour que cesse la situation, exigent une rencontre ou la communication d'informations privées. Rien de nouveau par rapport au harcèlement traditionnel et autre envoi de lettres anonymes par la poste ? Pas vraiment en terme de principe et de conséquence, sinon que les outils virtuelsfont en sorte que la "victime" est soumise à des pressions 24 h sur 24, à la maison comme à l'école, et peut être exposée bien plus largement.

 Pour faire face à ce phénomène, il est important d’impliquer tous ses acteurs : la victime bien sûr, mais aussi les auteurs, les spectateurs, les parents et les écoles. Tout d’abord pour qu’ils soient au courant de son existence et mesurent à quel point, pour être virtuel, il n’en est pas moins souvent déstabilisant. Et pour qu’ils puissent agir pour le prévenir et le gérer au mieux le cas échéant.

Conseils clés

De façon générale

  • Savoir que le cyber-harcèlement ne concerne pas que les adolescents et est fréquent aussi au primaire
  • Apprendre à l’enfant à ne pas donner son numéro de téléphone, son idenfiant skype etc à tout va
  •  L'informer à titre préventif de ce phénomène, l’inciter à en parler si il advenait, et éviter qu’il ne participe, de près ou de loin au harcèlement d’un camarade
  •  Etre attentif à déceler les signes d'un harcèlement : peur d'aller en classe, angoisse face à l'écran, repli sur soi, etc. 

En cas de harcèlement

  • Agir rapidement : mettre de côté problématiques morales, d'éducation et autres quelques jours, l'urgence étant de prendre le problème le plus à la source possible, afin d'éviter qu'il ne prenne encore plus d'ampleur et ne laisse de traces informatiques
  •  Inviter le jeune à parler, sans dramatiser
  •  Clairement lui faire comprendre que - s'il n'a rien fait- il n'a aucune raison de se sentir coupable
  • Sans toutefois écarter fait qu'il peut aussi y êtrer un peu pour quelque chose (harcèlements et chantages peuvent prendre racine par exemple dans des échanges de vidéos peu montrables sur skype ou ailleurs)
  •  L'inviter à ne pas répondre aux messages de ses harceleurs
  •  Sauvegarder tous les messages reçus
  •  Si les messages arrivent par SMS ou boite vocale changer la carte sim du téléphone pour obtenir un nouveau numéro et se mettre sur liste rouge
  • Si le phénomène se produit sur Facebook, Skype ou autre, désactiver provisoirement le compte pour que cela cesse et signaler les problèmes aux responsables de ces services, qui doivent faire supprimer les contenus
  •  Contacter et prévenir le réseau social de l’enfant (école, clubs sportifs, grands-parents…)
  • Informer le Fournisseur d'Accès à Internet et/ ou l'opérateur mobile
  • Si le harcèlement persiste et dans les cas sérieux, la police peut être avertie A cette fin des «preuves» sont toutefois nécessaires pour que celle-ci puisse mener son enquête. C’est pourquoi vos enfants doivent, au cas-où, apprendre à sauvegarder les messages problématiques
Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Mobile
Modifié le 11/04/2013

Comment activer le contrôle parental et à quoi sert-il ?

Comment activer le contrôle parental et à quoi sert-il ?

Le contrôle parental sur mobile peut être activé dans le point de vente sur un simple appel auprès de l’opérateur choisi. Il sert à restreindre l’accès aux sites de charme et de rencontre et s'applique aux modèles de téléphones dotées de fonctionnalités permettant la connexion à Internet.


Normalement, les opérateurs sont censés proposer de façon systématique la mise en ligne du contrôle parental à tout parent souscrivant un abonnement par un mineur. Ce contrôle parental permet de réduire les chances pour le mineur d'avoir accès à des sites qui ne lui conviennent pas mais, comme son équivalent sur les ordinateurs, n'est pas fiable à 100%. Les systèmes de contrôles parentaux sur mobiles souffrent en effet souvent de fonctionnalités peu modulaires (c'est oui, ou c'est non) et surtout NE FONCTIONNENT PAS LORSQUE LE JEUNE SE CONNECTE EN WIFI. De sorte que, là encore, le logiciel ne saurait remplacer une éducation au média des enfants par leurs parents.

Conseils clés

• Réclamer à votre opérateur des informations sur le contrôle parental qu'il propose, en discuter avec votre enfant, demander le cas échéant de le faire installer

• Discuter avec votre enfant des contenus et services multimédias qu’il consulte, télécharge ou reçoit et lui préciser ce que vous ne souhaitez pas qu'il fasse

• Lui demander de vous signaler tout contenu choquant et le signaler à votre tour 

• S’assurer qu’il connaît les règles de base du chat (utiliser un pseudo, ne pas donner ses coordonnées ni aucune autre information permettant de l’identifier, ne pas accepter de rendez-vous)

  • Ne pas oublier que s'il veut contourner le système, votre enfant n'a qu'à se connecter en wifi. 
Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Mobile
Modifié le 25/03/2013

Quelles sont les précautions à prendre pour la santé ?

Quelles sont les précautions à prendre pour la santé ?

La question de l'impact sur la santé, notamment des jeunes, des ondes électromagnétiques émises par les téléphones portables fait l'objet de très nombreux débats

L'usage du téléphone mobile est encore trop récent pour affirmer ses conséquences à long terme sur la santé humain. Si les études ne manquent pas en la matière, l'interprétation de leurs résultats est en effet souvent contradictoire et l'on peut imaginer que les lobbyings ne chôment pas dans ce domaine. Dans ce cadre, la meilleure option est a minima d'appliquer les recommandations de précautions émises par divers groupes d’experts (OMS, AFSSET…). Dans l’attente de données définitives portant sur des périodes d’observations prolongées, ces groupes estiment en effet que les résultats existants imposent que les utilisateurs soient informés des mesures les plus importantes de précaution à prendre, comme l’ont aussi suggéré plusieurs rapports nationaux et internationaux.

Pour en savoir plus, on peut se référer au site de l’Organisme Mondial de la Santé (OMS), quand bien même ses conclusions ne font pas l'unanimité.


Conseils clés

• Ne pas équiper les enfants de moins de 12 ans, dont les tympans sont fins, de téléphone portable.
• Choisir un appareil avec le DAS le plus bas possible (le « Débit d’Absorption Spécifique » mesure la puissance absorbée par le corps).
• Passer ses appels dans des zones où la couverture est de bonne qualité. Moins la couverture est bonne, plus on est exposé.
• Lors des appels, essayer de maintenir le téléphone à distance du corps (l’amplitude du champ baisse de quatre fois à 10 cm, et elle est cinquante fois inférieure à 1 m de distance), le rapprocher au moment où l'on se met à parler.
• Si possible, utiliser le mode « haut-parleur », un kit mains libres ou une oreillette bluetooth (moins d’1/100e de l’émission électromagnétique du téléphone en moyenne).
• Eviter le plus possible de porter un téléphone mobile sur soi, même en veille.
• Changer régulièrement d'oreille.
• Ne pas laisser le téléphone allumé ou en veille à proximité du corps la nuit (sous l’oreiller ou sur la table de nuit).
• Si on le porte près du corps, s’assurer que la face « clavier » soit dirigée vers le corps et la face « antenne » vers l’extérieur.
• Si possible, en cas de message, rappeler d'un téléphone fixe filaire.
• Eviter d’utiliser le portable lorsque la force du signal est faible ou lors de déplacements rapides comme en voiture ou en train (augmentation maximale et automatique de la puissance lors des tentatives de raccordement à une nouvelle antenne relais ou à une antenne distante).
• Communiquer par SMS plutôt que par téléphone (cela limite la durée d’exposition et le contact oreille si l'on a pas d'oreillette).
• Eviter de mettre son téléphone dans sa poche de pantalon, près des zones génitales ou près de la poitrine pour les filles.
• Choisir un forfait qui couvre les besoins de l'enfant sans l'inciter à passer des heures au téléphone sur son portable.

Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Mobile
Modifié le 25/03/2013

Qu’est ce que le DAS ?

Qu’est ce que le DAS ?

Le DAS est l'acronyme utilisé pour Débit d’Absorption Spécifique. Chaque modèle de téléphone mobile est caractérisé par son DAS, qui indique le niveau maximal d’ondes radio auquel l’utilisateur de ce téléphone peut être exposé. Ce chiffre est mesuré selon une norme européenne, en faisant fonctionner l’appareil à sa puissance maximale.

L’exposition réelle de l’utilisateur du téléphone est généralement inférieure au DAS de l’appareil car les téléphones mobiles fonctionnent rarement à leur puissance maximale. Elle ne dépasse jamais ce DAS.

Le DAS est un indicateur important, dans la mesure où il permet de connaître le degré d'exposition propre à chaque modèle de téléphone. En général, il est à noter que plus le téléphone est sophistiqué et propose de fonctions multimédias, plus il a de chance d'avoir un DAS élevé. Attention donc aux smartphones pour ceci !
A l'heure actuelle, le DAS maximal autorisé par l’Organisation Mondiale de la Santé et les autorités sanitaires est fixé à 2 W/kg.

Conseils clés
• Beaucoup d'acheteurs n'y pensent pas mais le DAS d'un appareil devrait être déterminant dans son choix, surtout pour les enfants particulièrement fragiles
• Plus le DAS est bas, moins le risque est élevé. Dans le doute...
• L'exercice est de trouver le meilleur DAS / usages/ forfait : en parler avec son enfant permet de prendre en compte le facteur DAS lors du choix de l'appareil, sans se focaliser uniquement sur le "look" du téléphone
• Inutile en particulier de se doter d'un téléphone ultra-sophistiqué à haut DAS si l'on n'envisage pas de prendre le forfait qui va avec.
> Dans tous les cas, éviter absolument de garder son téléphone sur soi ou trop prêt de soi toute la journée. Et surtout pas sous son oreiller la nuit

Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Mobile
Modifié le 25/03/2013

Quelles sont les règles d’usage numériques à transmettre ?

Quelles sont les règles d’usage numérique à transmettre ?

Si votre enfant possède un téléphone doté de fonctionnalités multimédias, alors il convient là aussi de l'éduquer aux règles et bons usages de l'Internet, fort semblables dans ses usages fixes et mobiles.

S'ils sont très doués pour en explorer toutes les fonctions, les jeunes sont parfois moins au courant de l'éthique d'usage du téléphone mobile, qu'il peut être bon de rappeler.

Multimédia (smartphone) ou pas, un téléphone portable devrait ainsi être éteint une fois la porte de l'école franchie (voire ne pas être amené en classe si le réglement de l'école le demande), ne pas être  exhibé en public pour ne pas attiser la convoitise, être utilisé en faisant attention à ne pas déranger ceux qui se trouvent autour de soi. IL ne devrait aussi  pas servir à prendre et diffuser de photos sans l'assentiment de la personne qui en fait l'objet, sans compter pour envoyer anonymement des messages relevant purement et simplement du harcèlement.

Des règles de bonnes conduites de bon sens en somme qu'il sera d'autant plus facile de défendre si, en tant que parents, vous montrez l'exemple !

De façon plus spécifique, si votre enfant a un smartphone, alors il convient d'être bien conscient qu'il peut avoir accès via son portable à des portails et kiosques proposés par l'opérateur auprès duquel vous avez souscrit l'abonnement. Outre l'accès à tous les sites Internet accessibles par téléphone mobile, la plupart des opérateurs de téléphonie mobile propose en effet son propre portail de contenus et services multimédias réservés à ses clients, qu'il convient d'étudier avant d'abonner votre enfant. Parmi les contenus à éviter pour les jeunes, les contenus et services "de charme" ou les sites de rencontre.


Conseils clés

  • Mesurer les conséquences de l'achat d'un téléphone de type smartphone en terme d'usages... et d'abonnement
  • Discuter avec votre enfant des contenus et services multimédias - dont les jeux- qu’il consulte, télécharge ou reçoit et lui préciser ceux que vous ne souhaitez pas qu'il utilise
  • Souscrire un contrat avec facture détaillée afin de pouvoir vérifier les sites et services utilisés par le jeune en cas de doute
  • Installer en cas de besoin le Contrôle parental (attention, celui-ci ne fonctionnera pas en wifi)
  • Discuter à la maison du droit à l'image : pas de photo/vidéo prises et diffusées sans accord
  • Insister sur le fait qu'on ne donne pas son  "O6" à n'importe qui
  • Expliquer à votre enfant que s'il paye des services en utilisant son numéro de téléphone, son forfait risque fort d'en souffrir
  • Discuter avec lui de l'utilisation du mobile dans le cadre de harcèlement, des effets parfois très destabilisants que peuvent avoir des messages anonymes sur autrui, afin qu'il s'en protège, vous en parle, et n'en soit pas l'auteur
  • Lui suggérer de mettre un code pour verrouiller son portable. S'il devait le perdre...
  • En ce qui concerne les numéros surtaxés, lui dire de faire attention aux numéros commençant par 08
    Les numéros gratuits (verts) ceux sont qui commencent par = 0800, 00800, 0804, 0805, 0809, 10## 
    Les numéros facturés le prix d'un appel local (azur) commencent par : 0810, 0811 ou 0819
    TOUS LES AUTRES SONT SURTAXES
Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Mobile
Modifié le 21/03/2013
Vidéos: 

Téléphones portables : les jeunes en parlent

Téléphones portables : les jeunes en parlent

Téléphones portables : les jeunes en parlent

LIENS
Et aussi sur le site
Et ailleurs sur le net