DUI Union européenne

Soutenu par l'Union européenne

USAGES - Jeux vidéo

USAGES - Jeux vidéo

Jeux d’aventure, de combat, de stratégie ou d’arcade, jeux de simulation, univers persistants ou jeux sérieux… A chacun son jeu ! La multiplication des jeux en ligne et du nombre de joueur soulèvent de nouvelles problématiques : maîtrise des temps de jeu, adéquation du jeu en fonction de l’âge du joueur, ouverture d’un dialogue au sein de la famille, etc… Voici quelques pistes de réponses.

Questions: 

Jeux vidéo : ce qu'il faut savoir

Jeux vidéo : ce qu'il faut savoir

Les jeux vidéo font désormais partie intégrante du quotidien des jeunes, tant sur le web, sur console que sur leurs smartphones et tablettes. Si cette pratique n'est pas une activité risquée en soi, elle nécessite un encadrement particulier.

Points de vigilance

  • - A chaque jeu son public ! Guider son enfant dans ses choix permet de l'orienter vers des jeux adaptés à son âge et sa sensibilité.
  • - Les valeurs véhiculées par les jeux vidéo ne sont pas plus anodines que celles transmises par les films ou les livres. A discuter en famille ?
  • - Certains jeux, notamment les jeux en ligne massivement multi-joueurs, sont conçus pour que l'on y passe beaucoup de temps.
  • - Jouer de façon excessive peut avoir des conséquences sur la vie sociale et scolaire de l'enfant et sa santé.
  • - On peut dépenser beaucoup d'argent à certains jeux vidéo.
  • - Depuis une dizaine d'années, les jeunes ont perdu environ deux heures de sommeil par jour à cause d'un ensemble de facteurs complexes, dont les jeux vidéo. Or, le sommeil ne se rattrape pas.

Conseils pratiques

  • - Lorsque vous choisissez un jeu, respectez la signalétique PEGI et testez-le en version démo avant de l'acheter.
  • - Un jeu classé 3+ signifie juste qu'il n'est pas choquant pour un petit, pas qu'un enfant de 3 ans peut y jouer
    - Un jeu note 16+ contient généralement des scènes très violentes
  • - Ne laissez pas les plus jeunes jouer aux jeux de leurs aînés, même s'ils prétendent que tous leurs camarades y jouent !
  • - Intéressez-vous aux jeux pratiqués par votre enfant et discutez-en comme de ses autres activités.
  • - Incitez-le à pratiquer d'autres activités.
  • - Fixez des règles et des temps de jeux. Si besoin, utilisez le contrôle parental prévu à cet effet sur sa console ou sa tablette, qui permet aussi d'éviter que votre enfant ne joue à des jeux qui ne sont pas de son âge.
  • - Un peu avant le moment où il doit s'arrêter, prévenez-le afin qu'il ait le temps de finir, de sauvergarder sa partie ou de prévenir les autres joueurs.
  • - Attention aux jeux gratuits qui cachent souvent des pièges : formule d'abonnement payante ou achats intégrés.
  • - Attention aux portails de jeux en ligne qui mélangent tous les genres. A côté de jeux d'adresse ou d'éveil, il n'est pas rare de trouver des liens vers des jeux pornographiques, violents ou des jeux d'argent. 

Le saviez-vous ?

On entend souvent que les jeunes passent leur temps à jouer aux jeux vidéo. En fait, ce sont plutôt leurs parents ! La moyenne d'âge des joueurs en France est de 35,6 ans !

En savoir plus

Pour mieux comprendre les jeux vidéo et accompagner vos enfants, vous pouvez consulter le site www.pedagojeux.fr

Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Jeux vidéo
Modifié le 11/08/2014

Free To Play (F2P), vraiment gratuit ?

Free To Play (F2P), vraiment gratuit ?

De nombreux jeux vidéo sont proposés en « Free to play » (F2P), par opposition au « Pay to Play ». La différence ? alors que dans le second cas, le joueur paie l’accès au jeu ou un abonnement, dans le F2P, le titre est disponible de façon gratuite, l’éditeur se rémunérant … autrement. Comment ?

Les jeux en Free to Play sont essentiellement des MMO (jeux massivements multijoueurs) en ligne. A l'inverse des MMO à abonnement, ils sont financés par la vente d'objets en jeu, de fonctionnalités ou de services facultatifs.

En pratique, ces jeux sont offerts aux joueurs qui peuvent, ou non, acheter des items pour progresser plus rapidement ou enrichir, voire embellir leur expérience de jeu. Les versions en Free to Play donnent en général accès uniquement à des contenus limités (bas level, fonctionnalités bridées). Qui veut aller plus loin est appelé à payer.

Difficile de résister quand quelques euros permettent d’accéder à un nouveau niveau, nourrir son destrier, récupérer une arme confisquée par un ennemi, exercer de nouveaux pouvoirs ou cumuler des points. Et que les sollicitations se multiplient… Certains jeux se financent également en demandant aux joueurs, en échange de points de "liker " le Facebook de la marque ou de poster des messages sur leurs comptes sur les réseaux sociaux.

 Les joueurs qui se tournent vers ce nouveau mode de consommation sont surtout de nouveaux joueurs, qui n’avaient pas les moyens ou le temps nécessaire pour s’abonner à des MMO classiques. Ou qui hésitaient à s'abonner. Ce sont souvent des joueurs moins passionnés, des amateurs qui acceptent le principe d’achats d’items en cours de partie pour pouvoir réaliser certaines actions.

Résultat ? Le Free to Play attire un nombre croissant de joueurs de type plus amateurs vers les jeux vidéo classiquement réservés aux « Hard Gamers ».

Autre impact de ce modèle économique : la naissance de jeux différents, conçus dès le départ pour inciter le joueur à effecteur ces micro-achats et intégrant des fonctionnalités de marketing viral (et le concept de "frustration").

A noter que certains jeux en ligne sont proposés dans des versions payantses/non et que certains sont lancés en Free to Play  dans leurs versions alpha et bêta puis deviennent payants par la suite.

Quelques exemples parmi tant d’autres les dizaines et dizaines jeux en Free to Play disponibles : Aion, Allods online, Age of Conan , Age of Empire Online, Unchained, Battlefield Heroes, Black Shot, DrakenSang Online, everquest II, GunZ/the duel, Second Life, Le seigneur des anneaux en ligne, World of Tanks

Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Jeux vidéo
Modifié le 07/03/2013

Pourquoi sont-ils si attachés à leurs avatars?

Pourquoi sont-ils si attachés à leur avatars?

On appelle « avatars » les marionnettes de pixels qui permettent d’entrer dans les espaces virtuels et d’y interagir. Ils permettent à un joueur, pour la première fois dans l’histoire, de devenir en temps réel le spectateur de ses propres actions. Décryptage par Serge Tisseron

S’intéresser aux avatars de vos enfants peut être passionnant et très instructif. Le choix d'un avatar ne'est en effet pas anodin...

serge tisseron

Face sombre , autre soi-même, création imaginaire, fragment de soi, figure parentale, cher disparu, qui sont les avatars qi personnifient vos enfants dans les jeux ? Quels rôles jouent-ils dans leur développement ?Dans un article publié sur le site collectif Pedagojeux dont nous sommes membres fondateurs, le Pédopsychiatre Serge Tisseron expose son point de vue sur cette question.

Lire l'article (vous allez être redirigés vers le site Pedagojeux, site d'information pour les parents sur les jeux vidéo, dont Internet Sans Crainte est membre fondateur)

Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Jeux vidéo
Modifié le 07/03/2013

Que savoir des biens virtuels ?

Que savoir des biens virtuels ?

La vente de biens virtuels existe essentiellement pour les jeux en ligne et dans les mondes virtuels, et ce depuis un ordinateur ou son téléphone portable. Ces biens virtuels sont particulièrement utilisés dans les jeux sociaux « gratuits « auxquels on accède par Facebook ou d'autres réseaux sociaux. La vente de ces biens est actuellement au cœur du modèle économique de certains jeux vidéos gratuits en ligne. On estime à plus de un milliard d’euros les revenus provenant de la vente de ces biens virtuels rien qu’aux Etats-Unis.

Les biens virtuels sont général des objets ou accessoires permettant d’accroitre ses performances dans le jeu (des armes , des outils, des vêtements, des bonus, de l’énergie…) Achetés au prix de quelques euros, voire de quelques cents, ils sont utilisés par les joueurs pour progresser plus vite et accéder aux niveaux supérieurs du jeu. Ils peuvent aussi être achetés pour offrir à des amis ou parfois même à des associations cartitatives.

Le principe des jeux proposant des biens virtuels peut être d’offrir un accès gratuit (voir article sur le Free To Play)  puis, une fois acquis à cette expérience, de les inciter ensuite à payer pour acquérir ces accessoires. Ceci étant, la vente de biens virtuels existe aussi dans certains jeux sur abonnement, en particulier pour permettre d'accéder à des quêtes supplémentaires. Dans certains jeux (par exempble Diablo 3), ces biens virtuels peuvent être l'objet de transaction entre joueurs, l'éditeur percevant une commission lors de chaque affaire.

Proposés massivement à la vente sur les jeux sociaux, les biens virtuels ne sont pas absolument nécessaires pour jouer. On estime que sur Facebook, 95% des joueurs se contentent de la version gratuite, seuls 5% achetants ces biens et services.

La vente de tels bien se développe également de façon importante sur les applications que l'on télécharge sur Smartphone et tablettes. On parle alors d'achats  "in-apps" effectués dans des boutiques d'achat au sein même de ces jeux sur mobile/tablette.

Le règlement de ces biens virtuels peut se faire par téléphone (numéros sur-facturés), SMS, Internet ou carte bancaire.

Conseils clés

  • Lorsque vos enfants  se lancent dans des jeux apparemment gratuits dites-leur de vérifier si ceux-ci ne requerront pas l’achat de biens virtuels pour progresser.
  • L’achat de biens virtuels n’est jamais nécessaire pour jouer. Pourquoi ne pas inciter les jeunes joueurs à gagner leurs galons plutôt que les payer ?  
  • Il arrive que des joueurs fassent commerce entre eux, façon marché noir, d'accessoires ou attributs qu'ils ont gagné en jouant. C'est illégal et problématique en terme de temps de jeu, l'aquisition de ces biens représentant souvent des heures de pratique.
  • Rappelez-leur que les numéros audiotels sont surfacturés et peuvent alourdir considérablement la facture de téléphone de la famille.
  • Et que ce qu’ils payent par SMS n’est en général pas compris dans leur forfait téléphonique, même illimité.
Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Jeux vidéo
Modifié le 07/03/2013

Quid des "jeux sociaux" présents sur Facebook ?

Quid des "jeux sociaux" présents sur Facebook ?

Les jeux sociaux, qui reposent sur une forte composante communautaires connaissent un réel engouement. Ces jeux se jouent sur des sites de réseaux sociaux, essentiellement Facebook et exploitent les réseaux d'amis des utilisateurs.

Ils se caractérisent par l’importance qu’y revêtent les échangent en ligne entre joueurs : on y invite des « amis » avec lesquelles on interagit, que l’on défie, avec lesquels on fait des compétitions, etc. En France, on estime qu'environ 50% des personnes qui sont sur Facebook s'adonnent à ce type de jeu. Si la moyenne d’âge de ces joueurs est de 27 ans en Europe, les mineurs ne sont toutefois pas rares à s’y adonner, et sont nombreux sur certains jeux qui leurs sont dévolus.

L'équipement massif en smartphone accroit la pratique des jeux sociaux, les usagers appréciant de jouer notamment sur leur temps de transports. Ainsi des jeux sociaux populaires sur Facebook sont ensuite développés sur d'autres plateformes (Apple et Androïd) pour favoriser leur accès hors ligne et ainsi répondre aux pratiques mobiles des joueurs. Une belle opportunité pour les éditeurs d'augmenter leur chiffre d'affaire car il a été démontré qu'un utilisateur qui joue au même jeu sur deux ou plusieurs plateformes dépense en moyenne 3,3 fois plus d'argent sur les achats dans le jeu que celui qui ne joue que sur la version web (données Facebook, mars 2014).

Conseils clés
 

  • L’accès aux jeux sociaux est gratuit. Mais leur modèle économique repose sur la vente de produits virtuels, de vies, de bonus souvent par audiotel, attention donc au porte-monnaie de vos enfants… (voir article sur les biens virtuels). Sur smartphone, l'achat "inapp" se fait en un clic, attention à bloquer cette fonctionnalité pour les enfants qui utilisent le smartphone des parents.
     
  • Certains de ces jeux ont un très fort pouvoir d’attraction et posent donc, comme les jeux massivement multi-joueurs, la question de la gestion de son temps de jeu. Attention à ne plus faire que cela… Ces jeux, à la différence des jeux massivement multi-joueurs étant asynchrones, il est toutefois plus simple de définir des temps de jeux sans dépendre de son réseau de joueurs/amis.
     
  • Souvent, le fait d’avoir le plus d’amis possibles est un facteur de succès, d’où la tendance à accepter n’importe qui sur son compte pour pouvoir gagner à ses jeux favoris.  Si l'on accepte des inconnus pour augmenter de façon artificielle sa liste d'amis, il est plus que jamais essentiel de paramétrer son compte pour ne pas diffuser d’informations personnelles ou de nouvelles intimes à ces "amis", que l'on pourra par exemple grouper sur une liste spéciale, à laquelle on ne publiera pas n'importe quoi.
Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Jeux vidéo
Modifié le 02/04/2014

Quels sont les facteurs de dépendance ?

Comme pour les autres formes de dépendance ou de compulsion, on retrouve de nombreux points communs chez les personnes dépendantes aux jeux vidéo.

Selon Thomas Gaon, les facteurs de dépendance sont :
• La durée potentiellement indéfinie du jeu : on peut y jouer et y rejouer
• Le caractère évolutif du jeu, qui place le joueur dans une situation d’attente constante
• L'abonnement qu’il faut rentabiliser
• L’illusion du contact social maintenu en même temps qu’il sépare
• La ressemblance entre le monde réel et le monde virtuel
• Les guildes, susceptibles d’imposer des obligations trop fortes, notamment en termes de présence en ligne

• Bien évidemment, la fragilité du sujet est le facteur clé en la matière : la quasi totalité des jeunes rencontrant de réels problème de dépendance sont des jeunes qui reportent dans ce comportement d'autres problèmes. D'où la nécessité d'une approche de nature psychologique, voire psychiatrique dans le traitement des cas sévères de dépendance.

La spirale de la dépendance peut se résumer ainsi : au départ, le jeu est une activité de loisir. Puis, l’implication dans le jeu s’accroît, les dommages collatéraux aussi. Le joueur doit faire des choix qui le conduisent à négliger ses amis, sa famille, son travail.
En cas de coup dur, il trouvera un réconfort au sein du jeu et finira par se détacher progressivement de sa vie réelle, moins séduisante et aura plus en plus dur de mal à sortir de cette spirale car se mettra en penser qu'il n'est "bon" que dans ce monde virtuel, où il aura probablement, effectivement, développé de réelles compétences. Si les tentatives de sortie sont des échecs qui entraînent un retour au jeu pour se réconforter, le jeu devient alors progressivement teinté de culpabilité. Le joueur dépendant n'est même plus vraiment heureux dans sa bulle.

Le phénomène de la dépendance aux jeux vidéos, s’il rend à s’accroître avec le développement de cette pratique, reste de faible ampleur et concerne essentiellement de jeunes adultes. Pour la plupart des joueurs, le jeu est avant tout une activité divertissante et plaisante. Le jeu pathologique concernerait 1 à 2 % des joueurs de MMOG.

Pour en savoir plus : http://www.jeuxonline.info
http://www.pedagojeux.fr/sujets-sensibles/la-dependance-presumee-au-jeu

Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Jeux vidéo
Modifié le 07/02/2009

Que faire s'il joue à des jeux violents ?

Que faire s'il joue à des jeux violents ?

Certains enfants peuvent être attirés par des jeux violents ou qui font peur… les émotions fortes et l'interdit sont toujours tentants !

Le phénomène n'est pas nouveau, qui correspond à ce que l'on a pu constater avec la télévision et la littérature. Il n'empêche. Même si un enfant perçoit parfaitement la différence entre le réel et le virtuel, qu’il a bien conscience qu’il est en train de jouer et non de tuer, la violence d’un jeu, parfois inhérente au style même du scénario (combat, tir à la première personne…), est rarement gratuite. L'attirance de jeunes pour ce type de jeu demande donc une mise en question du "pourquoi" au sein de la famille, et sa prise en compte dans l'éducation du jeune.
Le PEGI est , face à cette problématique, un guide précieux à la fois pour évaluer la violence d’un jeu et pour valider et crédibiliser la décision du parent qui guide l’enfant dans ces choix et a plus de légitimité dans la mise en place d'interdits appuyés par des labels officiels.
Si le jeune insiste et argue de l'ineptie de la classification, la meilleure solution reste de regarder le jeu, de l’essayer avec celui-ci, afin de juger sur les faits de sa teneur et des mesures à prendre en fonction de ses propres critères d’éducation et de la sensibilité et la maturité de son enfant. Quitte à lui dire "non".


Conseils clés
Pour qu’il ne joue pas à des jeux trop violents ou qui ne sont pas de son âge :
• Surveiller et guider les choix des jeux des enfants notamment en fonction du PEGI (système paneuropéen d'évaluation par ordre d'âge des jeux électroniques et vidéo) mais aussi des critères indiqués sur les jeux par ces icônes. Age – caractère violent – grossièreté – peur- sexe – drogues – discrimination – jeux de hasard
• Installer le contrôle parental sur l’ordinateur ou l’activer sur la console de jeux (Xbox 360, PS3, PSP…). Ces consoles sont toutes équipées d’un contrôle parental permettant de bloquer l’accès aux jeux en fonction de la classification du PEGI.
• S’intéresser aux jeux auxquels il joue et en discuter avec lui

Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Jeux vidéo
Modifié le 07/03/2013

Les jeux vidéos entrainent-ils une confusion entre réel et virtuel ?

Les jeux vidéos entrainent-ils une confusion entre réel et virtuel ?

Selon Michael Stora, psychologue, psychanalyste, co-fondateur de l’Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines, cette crainte ne serait pas fondée.

Pour M. Stora, le jeu vidéo est un moyen de supporter les frustrations et les tensions accumulées dans la journée. Les scènes aperçues lors d’un rapide coup d’oeil peuvent émouvoir par leur violence et leur caractère transgressif. Mais en prenant un peu plus de temps, en jouant avec son enfant par exemple, il est possible de découvrir d’autres facettes des jeux vidéos. L’image du jeu vidéo est en effet très différente de l’image télévisée. Alors que l’image télévisée place le récepteur dans une attitude passive de spectateur qui donne à celle-ci un caractère proche du sacré, au contraire, l’image du jeu vidéo est manipulable et son récepteur actif.

Les adolescents sont assez friands des jeux leur permettant d’incarner un autre personnage et de développer un avatar. Cet alter égo est un moyen de jouer avec son identité, d’être un autre afin d’affronter plus sereinement certaines situations et d’accumuler ainsi une confiance qui peut faire défaut à cette période du développement.

Aucune étude sérieuse n’a encore démontré que les jeux vidéo entrainent une confusion entre le réel et le virtuel. Aucune n'a démontré le contraire non plus. Au vue du faible nombre de faits divers en France, et à la lumière des retours effectués par les patients, le jeu vidéo jouerait d’avantage le rôle d’un exutoire à la violence. Ce qui ne veut pas dire que l'on peut voir et jouer à n'importe quoi à n'importe quel âge! Comme on ne regarde pas n'importe quel film à n'importe quel âge, on ne joue pas à n'importe quel jeu vidéo à n'importe quel âge





Michel Raynaud, chef du pôle de psychiatrie et d'addictologie à l'Hôpital Paul Brousse à Villejuif, va dans le même sens. Il souligne que les enfants ont au plus haut point la capacité de "faire comme si", qui les protège de la confusion entre réel et virtuel. Ceux qui franchissent le cap présentent d'après son expérience d'autres troubles.

Nos conseils clés

• Prendre connaissance de la classification retenue pour le jeu (PEGI / PEGI on line)
Ne surtout pas participer à mélanger réel et virtuel. Clairement parler des mondes virtuels comme d'univers imaginaires, quoi qu'en dise la publicité ...
• Paramétrer son matériel en fonction de l'âge de l'enfant (contrôle parental)
• Établir un dialogue avec l'enfant sur son usage des jeux vidéo

Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Jeux vidéo
Modifié le 07/03/2013

Comment savoir si votre enfant joue vraiment trop ?

Comment déceler la dépendance ?

Pas de panique. Ce n'est pas parce qu'un jeune passe un peu trop de temps à jouer et a du mal à s'arrêter qu'il a un comportement pathologique. La dépendance au jeu vidéo est une pathologie très rare et grave qui ne concerne qu'une infime minorité des jeunes qui peinent à se déconnecter. Dans l'immense majorité des cas, les parents sont confrontés avec les jeux vidéos à un problème moderne d'éducation, comme celui de l'abus de télévision. Apprendre à reconnaître un usage excessif et une pratique pathologique est donc le premier pas.


On considère généralement qu'un jeune a une relation pathologique au jeu à partir du moment où sa pratique des jeux vidéo prend le pas sur ses autres activités et l'isole, qu'il en souffre mais n'arrive pas à changer son comportement. Ce phénomène touche surtout des personnes traversant une période difficile, typiquement l’adolescence, les personnes fragiles, timides ou vulnérables, qui manquent de confiance en elles.

Selon Marc Valleur, qui parle de  dépendance aux jeux vidéos, cette dernière s’explique souvent par une volonté du jeune de s’exprimer, de réussir là où il faillit ou là où il croît faillir dans la vraie vie. S’il subit une pression de ses parents pour être le meilleur, s’il traverse une période difficile où il se sent exclu, abandonné comme c’est souvent le cas dans un divorce …il peut se réfugier dans les jeux vidéos pour se rassurer. Dans le jeu vidéo, les efforts sont en effet récompensés par des résultats, l’équation semble plus juste que dans la vraie vie et le jeune est maître de son destin virtuel ce qui n'est pas toujours le cas dans sa situation réelle.


Comment reconnaître une situation problématique ? Par une accumulation d'indices. Le jeune concerné passe littéralement des heures et des heures à jouer, est agité et irritable lorsqu'il ne joue pas, joue parfois sans autorisation et en cachette, est totalement absorbé pendant son jeu, bâcle ses devoirs pour se ruer sur son ordinateur, manque la classe, a de moins en moins d'amis, va jouer la nuit, ne parle plus ou alors uniquement de jeu, tente régulièrement d'arrêter mais n'y parvient pas, ment pour qu'on le laisse jouer, s'ennerve et tient des discours incohérents pour justifier le temps qu'il passe à jouer, saute des repas. Dans ces cas-là, il est conseillé de demander conseil au médecin de famille, ou de se diriger vers les centres spécialisés dans le traitement de ce type de problème. Un certain nombre de centres d'addictologie proposent des consultations pour les jeux vidéo, les maisons des adolescents traitent également ce type de désordre.


Votre enfant joue trop  ? Conseils clés

  • Interdire purement et simplement le jeu n'est pas  une solution à ce stade
  • En revanche, il est absolument recommandé de limiter les heures de jeux en posant des règles, ou utilisant un système de contrôle parental
  •  Essayer de l'amener à prendre conscience du fait qu'il passe trop de temps en ligne est essentiel. Difficile d'améliorer la situation s'il n'a pas conscience et ne reconnait pas qu'il y a un souci.
  • Lui proposer d'autres activités - lui en faire essayer de nouvelles, l'y accompagner, ne pas hésiter à insister pour qu'il teste au moins une fois
  • Se renseigner sur les jeux qui le captivent, les tester, etc afin de pouvoir en parler avec son enfant. S'il est difficile de réagir en cas de troubles liés à une consommation excessive de jeux vidéo, pour pouvoir amorcer le dialogue et être en mesure d'écouter et d'entendre ce que le jeune à à dire, une méthode efficace est d'être au courant de cet univers.
  • S'il joue en réseau, lui demander de faire partie d'un groupe situé dans le même fuseau horaire : cela évitera les rendez-vous à 4 heures du matin.
  • Essayer de comprendre si quelque chose d'autre ne va pas dans sa vie. Sait-on jamais....
  • Etre attentif en cas d'apparition des signes cités ci-dessus : le plus tôt l'on réagit, le plus simple c'est
  • En cas de signes de dépendance, l’emmener consulter

INFO +

Annuaire des centres de soin publié par le Centre de référence du Jeu excessif


Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Jeux vidéo
Modifié le 07/03/2013

Qu’entend-t-on par addiction ou dépendance ?

Qu’entend-t-on par addiction ou dépendance ?

Accro aux jeux vidéo ? De nos jours, la plupart des psychiatres mettent en garde contre le fait de parler à tort et à travers d'addiction ou de dépendance en matière de jeux vidéo. L'addiction se caractérise par un ensemble de symptômes clinique qui ne semble pas être constaté chez les jeunes parmi la population de très gros joueurs. Ce dont il s'agit ici est plutôt d'usages excessifs comportant parfois effectivement des éléments addictifs. Un phénomène à ne pas amalgamer avec les addictions à la drogue ou l'alcool, tout en étant conscient qu'il peut aussi avoir des conséquences graves.

Selon Thomas Gaon, spécialiste du traitement de l'addiction, la dépendance varie selon trois paramètres qui se combinent : le sujet (le joueur), l’objet (le jeu) et l’environnement. Selon lui, si l’environnement et le sujet n’ont pas de spécificité dans les MMOG, le jeu lui-même présente en revanche un risque accru de dépendance. De nombreux cas ont été relatés dans la presse, allant du décès d’un enfant mort faute de soins par ses parents au meurtre lié au jeu en passant par le décès d’un sud-coréen d’épuisement. Ces faits divers sont marginaux et aucun ne s’est produit en France à ce jour. L’environnement, envisagé de manière large, est d’abord le fruit de la société dans laquelle nous évoluons. Les valeurs qu’elle véhicule peuvent faciliter les comportements de dépendance. Ainsi, les faits divers les plus inquiétants se sont essentiellement produits dans les sociétés valorisant le dépassement de soi et la performance comme la Chine et la Corée. La défaillance ou l’indifférence de l’environnement direct du joueur (son entourage familial, amical, de travail) sont également importantes dans l’apparition de la dépendance.

Le psychiatre Serge Tisseron, souligne également l'usage innaproprié du terme addiction. Il préfère parler lui aussi d'usages excessifs, voir d'usages pathologiques des jeux vidéo. Dans tous les cas, cette mise au point importante ne doit pas faire oublier que le jeu excessif peut conduire à des effets secondaires sociaux et médicaux grave. Serge Tisseron rappelle qu'on peut rencontrer dans des cas extrêmes et exceptionnels des phénomènes tels que : une épilepsie photosensible, des hallucinations auditives, des problèmes d’incontinence, des problèmes musculaires et cutanés, des paralysies partielles, des tendinites, des douleurs aux articulations, etc.

Marc Valleur, psychiatre également  est plus nuancé. Il estime que la possibilité de l'addiction ne doit pas être rejetée à priori puisqu'il  il existe de réels problèmes de type addictif avec certains type de jeux vidéo. IL  estime toutefois que ces cas sont rares et témoigne qu'il n'a jamais rencontré de symptomes type violence/aggressivité ou encore de dédoublement que l'on observe dans le cas des addictions classiques.  ll met donc en garde contre le fait d'affoler tous les parents en collant une étiquette "addict" à tous les jeunes qui, effectivement, jouent trop mais sans pour autant être "dépendants" aux jeux vidéo.

 

POur en savoir plus : lire le dossier publié dans PEDAGOJEUX

 

Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Jeux vidéo
Modifié le 07/03/2013

Les jeux vidéo en ligne sont-ils tous comparables ?

Les jeux vidéo en ligne sont-ils tous comparables ?

Il existe différents type de jeux en ligne. On peut les regrouper en quatre grandes catégories : les petits jeux flash, les jeux d’argent et de hasard, les jeux massivement multi-joueurs et les jeux dits sociaux.


Les petits jeux en flash On y accède généralement sur de grands portails où les jeux sont classés par thèmes. Courts, souvent gratuits et sans téléchargement, les petits jeux flash misent avant tout sur la spontanéité et le plaisir immédiat. Ces activités sont souvent la porte d’entrée des plus petits vers les jeux vidéo.

Les jeux massivement multi-joueurs Ils se caractérisent par la présence simultanée de plusieurs joueurs qui partagent une même activité. Celle-ci est majoritairement pratiquée par les adolescents et les jeunes adultes. Ceux qui ont contribué à massivement lancer ce type de jeux sont  : "World of Warcraft", "Everquest", "Dofus" ou "Dark Age of Camelot". Les jeux de rôle sont souvent de ce type. Dans ce type d'activité, le joueur doit rapidement s’associer avec d’autres participants pour faire réussir son personnage et réaliser sa quête. Ces jeux se déroulent le plus souvent dans des univers persistants : le jeu continue même lorsque l’ordinateur est éteint. S'en détacher, c'est perdre une partie de l'histoire, rater des occasions, laisser d'autres vous dépasser... et donc se sentir frustré. Sur le plan économique, ses jeux, par ailleurs souvent de haute qualité créative et visuelle, sont accessibles sur abonnement avec parfois possibilité d'acheter des biens virtuels supplémentaires, et leur stratégie marketing repose sur la "dépendance" du joueur pour le transformer en un abonné fidèle. Ainsi le joueur est-il tenté de se connecter régulièrement pour rentabiliser son investissement, suivre l’univers qui évolue sans lui et ne pas trahir la guilde sans laquelle il ne peut progresser. Une fois en ligne, l’accomplissement des quêtes nécessite généralement plusieurs heures et le jeu lui-même n’a pas de fin.

Les jeux sociaux dont des jeux qui se jouent en ligne avec des amis qu'il eset indispensable de solliciter pour évoluer. Il s'agit le plus souvent d'applications que l'on utilise sur son smartphone, sa tablette ou depuis son compte Facebook. En général tout simples à jouer en terme de mécanique de jeu, leur intérêt pour le joueur est surtout lié aux interactions qu'ils permettent avec d'autres jouers : concours, palmarès, possibilité de jouer en équipe, d'afficher ses résultats sur son mur, etc. 

Les jeux d'argent et de hasard Poker, loterie, les jeux d'argent et de hasard désormais légaux sont de plus en plus nombreux sur la toile. Ils se caractérisent par une mise qui constitue l'enjeu et un ressort de jeu reposant sur la possibilité de gain et/ou de perte, avec l'intervention du hasard. La loi française n'autorise les jeux d'argents sur Internet que pour les majeurs, avec contrôle de l'identité / de l'âge du participant. Il importe de veiller à ce que les jeunes ne jouent pas avec des adultes  à ce type de "jeux', puisque la dépendance aux jeux d'argent est l'une des plus courantes. Outre les vrais jeux d'argent en ligne donc, attention aussi aux jeux pour enfants qui fonctionnent avec de l'argent fictif, ce type de jeu sensibilisant et pouvant donner précocement les jeunes à des pratiques de jeu réservées aux adultes.

Conseils

• Faire la différence, dans la gestion du temps et lès règles, entre ces différents types de jeux

• Établir un dialogue avec l'enfant sur son usage des jeux vidéo

• Etre vigilant sur les temps de jeu, établir des règles compatibles avec les jeux pratiqués

• Proposer aux jeunes d'autres activités alternatives aux jeux vidéos

 

Pour une typologie plus précise des jeux, voir le dossier Pedagojeux

Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Jeux vidéo
Modifié le 07/03/2013

Y a-t-il des risques pour les enfants qui jouent aux jeux vidéo ?

Y a-t-il des risques pour les enfants qui jouent aux jeux vidéo ?

Jouer aux jeux vidéo n’est pas une activité risquée en soi. Cependant, elle nécessite un minimum d’encadrement et d’éducation critique.

Pour les jeunes d’aujourd’hui, les jeux vidéos font partie intégrante du quotidien : la pratique du jeu vidéo est en effet l’usage d’Internet le plus répandu chez les jeunes. Les leur interdire est dès lors souvent vécu comme le fait de les couper de leur génération. En revanche, les jeux vidéo exerçant un pouvoir de fascination important, et étant bien souvent conçus pour que les enfants y passent le plus de temps possible, voire y dépense le maximum d'argent, il convient d'encadrer ce loisir. 

Temps passé et donc autres activités et expériences culturelles mises de côté, isolement, manque d'activité physique, plongeon dans des univers dont on est en droit de questionner les valeurs, relations en ligne,... le jeu vidéo n'est pas le diable, il permet d'acquérir certaines compétence et de s'amuser,  mais il n'est pas sans risque en terme de développement de l'enfant.

Même si les parents n'éprouvent aucune attirance pour les jeux vidéo, ce qui peut se concevoir, on ne peut que conseiller qu'ils les intègrent dans leur éducation. Après tout, ce sont très majoritairement les parents, jusqu'à 17 ou 18 ans qui achètent ces produits !


Conseils

• Guider l’enfant dans le choix de ses jeux. Consulter les classifications PEGI

• Avant d'acheter un jeu, ne pas hésiter à tester la version démo de celui-ci, souvent disponible gratuitement

• Ne pas laisser les plus jeunes jouer aux jeux de leurs aînés

• Réglementer les horaires de jeu

• Inciter à d’autres activités

• S’intéresser aux jeux pratiqués et en discuter

Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Jeux vidéo
Modifié le 07/03/2013
Vidéos: 

Avez-vous vu quelque chose de bizarre sur Internet ?

Avez-vous vu quelque chose de bizarre sur Internet ?

Avez-vous vu quelque chose de bizarre sur Internet ?

Nos amis Belges publient une courte vidéo ludique et efficace à destination des parents et des enfants.
Celle-ci met en image l'importance de la relation de confiance parents/enfants et de l'accompagnement de nos enfants dans leurs usages et activités du média.

PAROLES DE JEUX - Dr Royant parola - Sur la question des écrans et du sommeil

PAROLES DE JEUX - Dr Royant parola - Sur la question des écrans et du sommeil

PAROLES DE JEUX - Vidéos réalisées auprès d'experts d'horizons variés par le collectif pédagojeux
Dr Royant parola (psychiatre experte du sommeil) - Sur la question des écrans et du sommeil

PAROLES DE JEUX - Abdou Belkacem - Usages pathologiques

PAROLES DE JEUX - Abdou Belkacem - Usages pathologiques

PAROLES DE JEUX - Vidéos réalisées auprès d'experts d'horizons variés par le collectif pédagojeux
Abdou Belkacem - Usages pathologiques, point de vue d'un clinicien

PAROLES DE JEUX - Jean-Baptiste Clais ( conservateur du musée Guimet), une approche anthropologique

PAROLES DE JEUX - Jean-Baptiste Clais (conservateur du musée Guimet), une approche anthropologique

PAROLES DE JEUX - Vidéos réalisées auprès d'experts d'horizons variés par le collectif pédagojeux
Jean-Baptiste Clais ( conservateur du musée Guimet), une approche anthropologique

PAROLES DE JEUX - Marie Derain (Défenseure des enfants)- Jeux vidéo et droits des enfants

PAROLES DE JEUX - Marie Derain (Défenseure des enfants)- Jeux vidéo et droits des enfants

PAROLES DE JEUX - Vidéos réalisées auprès d'experts d'horizons variés par le collectif pédagojeux
Marie Derain (Défenseure des enfants)- Jeux vidéo et droits des enfants

PAROLES DE JEUX - Thomas gaon (psychologue, clinicien) - Violence, et autres idées reçues sur les jeux vidéos

PAROLES DE JEUX - Thomas gaon (psychologue, clinicien) - Violence, et autres idées reçues sur les jeux vidéos

PAROLES DE JEUX - Vidéos réalisées auprès d'experts d'horizons variés par le collectif pédagojeux
Thomas gaon (psychologue, clinicien) - Violence, et autres idées reçues sur les jeux vidéos

PAROLES DE JEUX - Stéphane Martin (ARPP) - Jeux vidéo & Publicité

PAROLES DE JEUX - Stéphane Martin (ARPP) - Jeux vidéo & Publicité

PAROLES DE JEUX - Vidéos réalisées auprès d'experts d'horizons variés par le collectif pédagojeux
Stéphane Martin (ARPP) - Jeux vidéo & Publicité - point de vue de l'organisme de régulation visant à promouvoir une publicité saine, véridique et loyale ainsi qu'une communication responsable

Jeux en ligne : un univers virtuel très prenant

Jeux en ligne : un univers virtuel très prenant

Jeux en ligne : un univers virtuel très prenant

LIENS
Et aussi sur le site

Blog' Actu : Lancement de pedagojeux.fr, site collectif d'information sur les jeux vidéos
L'objectif de ce site n'est en aucun cas de diaboliser ces jeux, mais d’apporter une information la plus objective possible sur les problématiques clés liées à cet univers, sous des angles social, éducatif et économique.

Coin des Juniors
- Dessin animé Vinz et Lou : "Gare à tes sous"

Organiser un atelier
- Fiche pédagogique : "Gare à tes sous"

Et ailleurs sur le net

Pedagojeux

Pedagojeux est un site collectif dédié aux jeux vidéo afin d'apporter aux parents les réponses aux nombreuses questions qu'ils se posent et de les tenir informés des évolutions permanentes en ce domaine. Ce site a été créé par un collectif de partenaires, réuni à l'initiative du Forum des Droits sur Internet et dont Internet Sans Crainte fait parti.

Accro

Mon fils est accro aux jeux vidéo :( Je ne le vois +

Les jeux vidéo

Moi je dit que ça depend des jeux si tu veux etre acro a un jeux je vous conseille wolrd of warcrft

les jeux vidéos

Moi je pense que les jeux auxquels on peut jouer à deux nous détendent et on peut passer des bons moments avec certains jeux par exemple PES ,FIFA et les jeux de NBA et je me limite car après ces jeux lassent vites.Mais les jeux en ligne c'est différent car ils ne s'arrêtent jamais,donc c'est plus difficiles de se limiter.

les jeux vidéos

Moi, je pense que les jeux auxquels on peut jouer à deux nous détendent et on peut passer des bons moments avec certains jeux par exemple PES ,FIFA et les jeux de NBA et je me limite car après ces jeux lassent vite. Mais les jeux en ligne c'est différent car ils ne s'arrêtent jamais,donc c'est plus difficile de se limiter.

PEGI

Le PEGI est vraiment trop rigide pour cela, les personnes chargées du PEGI doivent avoir une gille d'évaluation (ex: s'il y a du sang le jeu sera automatiquement 16+ alors qu'il peut ne pas y avoir un gramme de violence) donc un jeu 16+ devrait plutôt être considéré comme un 12+ en général etc...

Les jeux

Moi j'adore les jeux sur le net, en ce moment je révise pour mon DNB blanc donc je peux m'en passer

les jeux en ligne( jeux massivement multi-joueurs)

Personnellement,je joue a Dofus.
Je ne suis pas pour autant "accro".
Je me limite à une heure par jour,et cela ne me frustre pas...
Il est vrai que l'univers est sympa, on en discute au collège, mais je pourrait m'en passer facilement...
Pour "World of Warcraft", "Everquest" ou "Dark Age of Camelot" et les autres jeux du même style,je ne parle pas:je ne les ai pas essayés...

Les jeux c'est super

Les jeux c'est super et il n'y a pas de risques !

jeux

n'empêche que des fois je reste très longtemps sur les jeux, et des fois je sors dehors, je sors et je sors et je sors..... etc

Bonjour

Bonjour, je panique
On peut arrêter ça?