Safer Internet Day
DUI Union européenne

Soutenu par l'Union européenne

Sexualité

Sexualité

SI l'éducation sexuelle des enfants et des adolescents n'est pas directement du ressort d'un programme de sensibilisation aux bons usages de l'Internet, vous êtes nombreux à nous interroger sur les risques d'exposition à des images à caractère sexuel ou sur les pratiques en ligne de vos enfants liées à la sexualité. Cette rubrique se propose donc de répondre aux demandes qui nous sont adressées le plus souvent en nous focalisant précisément sur le rôle particulier du média Internet en matière de mineurs et de sexualité.

Questions: 

Le cyberflashing : comment éviter à votre enfant de recevoir des images choquantes sur son téléphone

Le cyberflashing : comment éviter à votre enfant de recevoir des images choquantes sur son téléphone

Même en appliquant nos conseils pour permettre à votre enfant d’éviter les images choquantes circulant sur Internet, et même en le mettant en garde concernant le sexting ou les images à caractère sexuel envoyées par ses contacts Snapchat, votre enfant peut malheureusement voir apparaître sur l’écran son iPhone des images à caractère plus ou moins choquants et sexuels, et ce sans l’avoir souhaité ou contrôlé à travers un nouveau phénomène nommé « CyberFlashing »

 

Qu’est-ce que le cyberflashing ?

Certains téléphones portables de marque Apple  et Ipad avec iOS 7 ou une version plus récente sont équipés d’une fonction Airdrop (désactivée par défaut) permettant d’envoyer ou de recevoir des fichiers provenant d’autres téléphones Apple aux alentours, dans un système proche du Bluetooth mais qui ne requiert pas l’accord de la personne recevant le fichier.

Ainsi, si votre enfant ou vous-mêmes avez activé cette fonction par accident, ou intentionnellement pour échanger une photo de vacances avec un ami, et qu’elle est restée allumée, n’importe quel possesseur d’iPhone peut choisir, si le téléphone de votre enfant est détecté à proximité, de lui envoyer une photo, laquelle apparaîtra ensuite pendant quelques secondes sur l’écran de votre enfant.

Ces images, apparaissant de façon rapide sans que l’enfant ne s’y attende (d’où le nom flash), peuvent avoir un caractère sexuel ou simplement dérangeant si elles sont envoyées par une personne ayant de mauvaises intentions.

 

Conseils clés

  • Vérifiez sur votre iPhone ou iPad et sur ceux des membres de votre famille si vous avez la fonction Airdrop qu’elle est désactivée ou que du moins, elle est réglée sur « Contacts uniquement » (vous la trouverez dans vos paramètres)
  • Rappelez à votre enfant que s’il est confronté à des images qui le dérangent sur l’écran du téléphone portable, il doit s’éloigner du téléphone et ne pas hésiter à en parler à un adulte
  • Encouragez-le à ne pas faire lui-même usage de cette fonction pour envoyer des photos « pour rire » à des inconnus, s’il envoie des photos de lui il n’aura plus aucun contrôle sur ce qu’il adviendra d’elle et il pourrait déranger quelqu’un

 

Pour aller plus loin

Un article (en anglais) relatant la mauvaise expérience d’une femme avec le cyberflashing http://www.bbc.com/news/technology-33889225

Voir les autres questions de la catégorie: 
Exposition à des contenus choquants
Modifié le 22/02/2016

Sexting, ce qu'il faut savoir

Sexting, que faut-il savoir ?

Le sexting, terme anglais formé à partir de sex et de texting, est à l'origine l'acte d'envoyer électroniquement des textes ou des photographies sexuellement explicites, surtout d'un téléphone portable à un autre. Si cette activité, qui concerne aujourd'hui aussi et surtout l'envoi d'images ou vidéos sexuellement explicites par les réseaux sociaux, chats et blogs peut être menée à des fins identitaires ou amoureuses, elle est également souvent liée à des phénomènes de provocation sexuelles, de moqueries, diffusion abusive, voire de chantage.

Les cas les plus fréquents de sexting parmi les adolescents sont les cas où un jeune échange des images ou vidéos dévoilant son intimité avec son petit copain, sa petite copine comme preuve de son amour, ou suite à une demande qu'il ne sait refuser (si tu m'aimes, montre-moi...).
Parmi les autres pratiques communes, on citera le phénomène des dedipix (voir article), l'envoie de textos assez crus, et la mise en ligne d'images explicitement sexuelles sur les réseaux sociaux.

L'exposition de son corps à l'adolescente ne date pas d'hier et n'est pas forcément un problème en soi. Dans la plupart des cas, il s'agit pour les adolescents de s'assurer de l'approbation, l'admiration de l'autre (phénomènes de reconnaissance et réassurance) et en rapport à un corps qui se dessine, se transforme et pose souvent question.
Malheureusement, le sexting, avec les commentaires graveleux ou négatifs qu'il peut susciter, aboutit exactement à l'effet inverse. Portant sur des jeunes qui sont déjà en questionnement, peu surs d'eux, il peut dès lors engendrer de réels problèmes psychologiques /identitaires.

Le sexting est souvent lié à une confusion des genres entre la nudité et la sexualité, dans les cas où la nudité est considérée négativement, à travers des tabous.
Il est intéressant à ce propos de noter que le sexting est né et continue à fleurir davantage dans les pays anglo-saxons à culture puritaine. Aux Etats Unis, selon une toute dernière étude ds Ohaio, 20% des ados de 17 ans pratiquent le sexting. Il est particulièrement fort aux UK et dans les pays scandinaves selon insafe. Au danemark, les deux tiers des appels à la ligne d'écoutes concernent soit le sexting, soit les relations amoureuses en ligne.

Eukidsonline 2011 : 14% des 9_16 ont vu durant les 12 derniers mois des images à caractères sesxuelles. Taux ++ élevés parmi les plus âgés de ce groupe d'âge.
15% des 11-16 ont reçu des images à caractère sexuel

A noter que le sexting est également très pratiqués par les adultes, où il prend la forme de textos/messages coquins dans les couples établis, ou ceux qui se forment via les sites de rencontre en ligne.

Se différencie du harcèlement - avec lequel il est souvent confondu - de par le fait qu'il ne s'agit pas d'un acte répétitif, sciemment destiné à causer du tort
Les risques associés

1) MOqueries, commentaires > Plus faciles, fréquents à travers le filtre de l'écran et pseudos > effet inverse de la recherche de reconnaissance /réassurance

2) Diffusion > éternel problème de la non maitrise des images mises en ligne : diffusion puissante, rapide, impossible à contrôle, avec traces à long termes. Le meilleur ami qui réexpédie ou rend publiques des fichiers privés...

3) e-Réputation > au moment où l'adoslescent construit son identité (en ligne et ailleurs), fort risque de sur-sexualisation + réputation sulfureuse.
Aujourd'hui, une "fille facile" n'est plus une fiche qui couche ou embrasse, c'est une fille qui se laisse voir en ligne. Idem pour les garçons.
Aux UK, fort phénomènes d'ostracisme / blacklisting> trouvent plus de copains

4) chantage, engrenage
C'est l'actu fr.

5) impact sur les relations amoureuses et conception relations sexuelles

Les conseils

Education > Pour les parents
- Le meilleur moyen : s'assurer de transmettre très tort des valeurs fortes (mon corps m'appartient, mon intimité est sacré, je ne montre pas mes fesses à la terre entière, un corps nu est naturel / une position sexuelle c'est autre chose, le sex c'est affaire d'amour pas de technique, les filles ça se respecte, la violence et la vulgarité c'est moche...)
- Ouverture = plus sex et nudité sont tabous, plus les risques sont forts et moins les ados peuvent en parler si souci > education à la sexualité intégrant les problématiques en ligne
- exemplarité = ne publiez pas des photos de vos enfants nus
Prévention
- ne Jamais publier d'images de ce type ni la diffuser si c'est celle de qq d'autre. Un fichier intime, c'est sacré (mais se moquent du conseil)
- si le font, se poser fortement la question de la fiabilité de la personne à qui on envoie
- anonymiser les photos > une poitrine sans la tête est plus difficile à reconnaitre (mais tags)
- paramétrer ses comptes (mais le meilleur ami peur devenir le pire ami)
- se googler régulièrement. Et si image traire réagir vite pour la faire supprimer
- l'idéal serait - et tout le monde cherche ça - des logiciels d'autodestruction simple de fichiers. MAis y'a pas
Si arrive

- Faire passe message que le web n'est pas un espace de non-droit, et que des lois existent, qui les protègent.Le pire pour un adolescent qui vit une situation difficile lié au sexting et se trouve devant le mur du silence car ne peut en parler (sex oblige) autour de lui est de retrouver dans une situation d'impotence. Peut rien faire. flippe.

Ce que dit la loi > droit à l'image + interdiction de publier des images porno/sexuelle de mineurs
Ce qui existe pour la faire respecter >
1) possibilité sur tous les sites de faire un signalement et demander le retrait des images/vidéos sous 48 heures
Si ca ne marche pas, contacter la CNIL
2) possibilité de porter plainte au commissariat le plus proche en apportant des copies d'écran/messages, etc
3 helpline de notre programme Safer Internet France = Netecoute
4) si mise en ligne sur des sites porno > signalement à Point de contact

Modifié le 09/01/2017

Que peut-on faire ?

Que peut-on faire ?

C’est sans doute d’une grande banalité, mais en matière de sexualité en ligne comme du reste « la peur n’évite pas le danger ». Malgré les inquiétudes que vous pouvez nourrir face aux pratiques en ligne, il est donc conseillé d’aborder, chacun à sa façon, et selon leur âge, la question avec vos enfants et vos adolescents. Avec tact bien entendu ! Les études montrent en effet que les enfants qui communiquent ouvertement avec leurs parents au sujet du sexe et des relations amoureuses sur Internet sont moins exposés aux situations à risques.

S'informer

Il certainement difficile de se confronter à la sexualité de ses enfants. Mais si 80% des garçons de 14-18 ans regardent au moins un porno par an, il est légitime en tant que parent de ne pas écarter le fait que le sien peut faire partie de ce groupe et de s'informer. Le planning familial, fil info santé, le planning familial ou des sites parentaux publient de nombreuses informations sur la sexualité des adolescents, qui peuvent vous aider à y voir plus clair.

Donner des modèles et des repères

Vous avez votre vision de l'amour, du rôle de la femme, de l'homme, des relations de couples. Les exposer à vos enfants est très utile pour qu'ils aient des modèles auxquels confronter ce qu'ils voient et vivent sur Internet. Et pourquoi ne pas proposer à vos enfants des livres, des films ou des pièces de théatres qui mettent en avant des représentations romantiques de l'amour ? Un peu d'eau de rose permet des fantasmes autour d'autres types de modèles...

La notion d'intimité étant considérablement bouleversée par les pratiques numériques, une discussion autour de ce que l'on souhaite montrer et dire de soi à tous peut être un bon départ de discussion.

Leur rappeler que le sexe dans la pornographie, c'est du cinéma, pas de l'amour est également important au vu de ce qui est disponible en ligne. Comme, face aux montées de l'homophobie chez les collégiens et lycéens, inculquer le sens du respect de l'autre et des différences.

Violence, films X pour les jeunes, voyeurisme, misogynie, exhibitionnisme... vous estimez que certaines choses ne sont « pas bien » voire « interdites » ? Le dire et poser des  limites est également important et rassurant  en matière de sexualité. Il s'agit en effet de repères pour vos enfants, qu'ils peuvent contester, discuter, refuser, transgresser et permettent ainsi de se construire et de grandir.

 

Conseils pratiques

Outre la transmission de valeurs et de conseils pratiques qui se jouent depuis toujours en matière d'éducation sexuelle en général, les parents ont aujourd'hui aussi quelques messages spécifiques  à faire passer en matière de sexualité et d'Internet :

  • Brisez les tabous autour d'Internet et de la sexualité. Votre enfant risque être exposé à des images sexuelles et autres situations. Il est donc important de poser les bases du dialogue pour ces sujets afin que votre enfant puisse poser des questions et vous parler en cas de souci.
  • Orientez vos adolescents des ressources d'informations fiables sur la sexualité : planning familial, sites officiels, numéros d'écoutes
  • Réfutez les stéréotypes sexuels véhiculés par Internet. Sans hésiter à revenir régulièrement sur le sujet !
  • Proposez d'autres modèles. Affirmez vos valeurs
  • Instaurez des règles et des limites quant aux sites que vos adolescents peuvent visiter
  •  > S'il est exposé à des images sexuelles non sollicitées, dites-lui d'éteindre l'écran et de vous appeler. S'il s'agit de sites illégaux, signalez-les à www.pointdecontact.net
  •  > Installez un bon anti-virus complet avec pare-feu, cela peut éviter les spams, pop ups et images problématiques
  • > Pour protéger les plus jeunes, vous pouvez installer sur leur session   un contrôle parental permettant de bloquer l'accès aux sites pornographiques.
  • > Si votre enfant utilise sa webcam, attention à ce qu'il montre. Il est important qu'il sache que ces images peuvent être enregistrées et rediffusées très facilement. Et qu'il coupe tout contact avec des interlocuteurs avec lesquels il ne sent pas à l'aise.
  • > S'il cherche à faire des rencontres amoureuses via Internet, rappelez-lui que  les discussions sur MSN, les images webcam et photos peuvent être enregistrées et diffusées. Il est alors très difficile de les retirer d'Internet. Eviter donc de s'exposer en ligne.
  • Surtout, faites-lui comprendre que tout le monde n'est pas forcément celui qu'il prétend être sur Internet. Avant de rencontrer quelqu'un il faut vraiment vérifier qui se cache derrière le pseudo et impérativement prévenir un adulte et aller accompagné au rendez-vous, qui devra être fixé de jour et dans un lieu public avec du passage. Au cas où...
  • De façon générale, apprenez à vos enfants à dire NON. Non, je ne me montre pas dévêtu, non je n'accepte pas de discussions ou pratiques sexuelles qui ne me conviennent pas, non je ne suis pas obligé de regarder des sites porno même si les autres le font si je n'en ai pas envie,  etc.
  • Insistez sur le fait qu'il utilise des mots de passe sécurisés (compliqués), en particulier s'il va sur des forums ou chats où l'on se rencontre ou se montre

 

Modifié le 24/05/2012

Pornographie, quels sont les risques ?

Pornographie, quels sont les risques ?

Bien que les adolescents trouvent via Internet un bon moyen d'exprimer leur sexualité, cela n'est pas sans risque. La fréquentation de sites pornographique, courante pose en particulier question en matière de représentation de la sexualité à l’âge de sa découverte, et des pratiques sexuelles de façon plus générale

Les garçons plutôt que les filles

Selon une enquête Française, 80% des garçons et 45% des filles de 14 -18 ans déclarent avoir vu au moins une fois un film X durant l'année *. Les filles, principalement à la télévision; les garçons, aussi en vidéo et sur Internet. Ces derniers sont d'ailleurs nettement plus  «gros consommateurs » que les filles: près d'1 garçon sur 4 contre 1 fille sur 50 en a vu au moins 10 dans l'année. Autre différence : les garçons trouvent en majorité ces films amusants, distrayants ou utiles, tandis que la plupart des filles se disent mal à l'aise, voire choquées ou dégoûtées.

Une image déformée de la sexualité

L'expérience de la pornographie peut avoir de réels impacts sur la vie amoureuse et sexuelle de jeunes. Tout d'abord et avant tout, la séparation drastique entre sex et sentiment dans ces contextes induit, dès le départ, une approche problématique de la sexualité.

L'image dégradante de la femme comme objet sexuel proposée associée à celle du mâle dominant  dans la plupart de ces films ne saurait tout d'abord favoriser des comportements égalitaires et respectueux dans les jeunes couples, et la vie en générale.

Les sites porno tendent par ailleurs souvent à induire une confusion grave chez les jeunes (garçons essentiellement) entre sexe et violence

Par ailleurs, selon une étude Australienne,  la banalisation et l'exposition de pratiques particulières chez les jeunes induisent leur acceptation comme des pratiques « normales » et leur adoption.

Des impacts sur les pratiques sexuels

L'image déformée de la sexualité peut, on l'a vu, induire des représentations influant sur les pratiques sexuelles des jeunes.

Face à des modèles sexuels qui privilégient le culte de la performance, certains jeunes peuvent aussi  avoir du mal à vivre leur sexualité de jeunes hommes « normaux », voire à trouver plus de plaisirs dans le visionnage de vidéos porno et la masturbation (85% des garçons se masturbent devant leur écran) qu'à l'acte sexuel en soi. On se retrouve alors dans des cas de déviance, au sens clinique du terme.

Addiction

Autant la notion d'addiction est-elle désormais écartée en matière de jeux vidéo, autant la consommation de matériel pornographique peut  s'avérer addictive, avec des phénomènes d'escalade, les jeunes (garçons essentiellement) développant des besoins toujours plus  impératifs et crus, avec les conséquences que l'on imagine. On se retrouve dans ces cas dans des problèmes proches de l'addiction.

 

 

 

* www.educationsexuelle.com

** Youth sex and the internet

 

 

Voir les autres questions de la catégorie: 
Mauvaises rencontres
Modifié le 26/10/2011

Sex & Internet. Quelles sont les pratiques adolescentes ?

Sex & Internet. Quelles sont les pratiques adolescentes ?

On ne dira jamais assez, chacun vit sa sexualité à sa façon ; les pratiques exposées ci-après ne sauraient donc s’appliquer telles quelles à VOTRE adolescent. Elles pourront en revanche vous donner une idée de ce qui se passe sur le réseau, et ce à quoi tous les jeunes peuvent être confrontés. Drague, messages à connotations sexuelles, sites pornos... certains ados ont en effet développé de nouveaux comportements et codes pour gérer en ligne leur vie amoureuse et relationnelle. Que font-ils donc sur Internet ?

Recherche d'infos, de conseils  

Il n'y pas que des pratiques problématiques en matière de sexualité sur Internet. Les jeunes ont souvent recours au réseau pour trouver des réponses aux questions qu'ils n'osent pas poser ailleurs et échanger ! Inquiétudes personnelles ou simple curiosité, les adolescents sont en demande d'information. Reste à apprendre à aller sur des sites ou des forums fiables !  Quelques adresses « sérieuses », n'hésitez pas à en conseiller d'autres en laissant vos commentaires.

www.onsexprime.fr, www.planning-familial.org ,  www.filsantejeunes.com/,www.filsantéjeunes.com/forum,  www.planning-familial.be, www.loveattitude.be, www.ifeelgood.be/Ifeelgood/Amour/,www?sinda-info-service.org, http://portail-sante-jeunes.fr/inpes-affective.html, http://www.educationsexuelle.com/, http://www.educationsensuelle.com/, http://www.g-oubliemapilule.com/, http://www.cestcommeca.net/


Faire une rencontre : la drague via internet

Pour faire une rencontre, rien de tel que le "chat" (discussion en ligne )  via les salons de discussion comme MSN, les réseaux sociaux tels que Facebook et Netlog mais aussi les jeux en ligne. Permettant des conversations privées, cet outil de communication, outre ses autres fonctions, est l'un des favoris pour draguer des amis que l'on connait par ailleurs, mais aussi, ce qui reste tout de même moins fréquent, rencontrer des inconnus.

Le cybersexe : le sexe par Internet

Le  terme de "cybersexe" regroupe toutes les activités interactives dont le but est de séduire l'autre par l'échange de fantasmes, histoires sexuelles, photos érotiques via les chats et réseaux sociaux ainsi que par texto (du "sexting") ou encore en  faisant un strip-tease devant sa webcam.  Il peut en rester là. Ou pas.

Echange photos contre commentaires

Relativement nouveau, le phénomène des  photos-dédicaces, ou dedipix est spécifique à l'univers des bloggeurs, typiquement sur Skyblog qui reste la plateforme de blog la plus utilisée par les adolescents et les pré-adolescents français.

 Le principe ? « Si tu commentes sur mon blog, je te laisse publier une photo d'une partie de mon corps tatoué avec le nom de ton blog».  C'est ainsi que certains garçons se retrouvent avec un blog dont le contenu regorge de photos de jeunes filles à demi-nues avec le nom de leur blog écrit au feutre sur les mains, le décolleté, les cuisses ou les fesses.

Objectif ? Pour les filles, c'est la popularité, puisque la leur se mesure au nombre de commentaires postés sur leur blog. Or en général, une photo osée est monnayée contre beaucoup de « comm'z » (une cuisse peut valoir 100 commentaires. Sur certains blogs, les dédicaces photos rapportent simplement des points virtuels. Ailleurs encore, les corps des demoiselles sont notés sur vingt, parfois cruellement critiqués. Plus rarement, un garçon se prête au jeu et se tatoue le torse pour une bloggeuse. 

Pervers, pédophiles

La rencontre avec un pédophile reste la crainte majeure en matière de sexualité et d'Internet. Si ces cas restent heureusement extrêmement rares, il n'en demeure pas moins que les jeunes doivent être conscients que les lieux de cyber-dragues peuvent attirer les prédateurs sexuels et apprendre à être par conséquent extrêmement attentifs lorsqu'ils vont sur ces terrains de jeu pas tout à fait comme les autres. Il est aussi important qu'ils réalisent que tous les camarades de leur âge ne sont pas forcément des princes/sses charmant(e)s et que la façon dont ils se présentent en ligne peut les protéger de rencontres malheureuses - ou au contraire les provoquer

 

Voir les autres questions de la catégorie: 
Sexualité
Modifié le 26/10/2011

Mon enfant peut-il être exposé à des images et contenus sexuels sur Internet ?

Mon enfant peut-il être exposé à des images et contenus sexuels sur Internet ?

Accessibles facilement, gratuitement souvent sans contrôle d’âge, les images sexuelles voire pornographiques ont été banalisées par Internet. L’accès à ces contenus est d’autant plus délicat qu'ils sont souvent la première vision qu’ont certains jeunes de la sexualité.
Curiosité ou exposition abusive ? Il importe de faire la différence entre les jeunes qui cherchent délibérément des sites/vidéos/chat/photos touchant à la sexualité et ceux qui font l'expérience de manière accidentelle de la pornographie sur Internet. Voici quelques chiffres et constats clés qui vous permettront de mesurer un peu les risques d’incidence d’exposition sur le web et leurs conséquences.

Les sources d’expositions

Les sources d’exposition non sollicitée à des images sexuelles sont variées. Il peut s’agir de fenêtres pop-up, de publicités intempestives, de mails, de renvoi à des sites non sollicités, ou de messages postés sur des chats. Quant à trouver ces images si on les cherche, la démarche est simple : il suffit de demander à google images en tapant les bons mots ! De même l’accès aux sites pornographiques, bien que théoriquement réservés aux plus de 18 ans est de fait aisée pour tous, quitte à mentir sur son âge.

Chiffres clés

Tous médias confondus, les images sexuelles et pornographiques circulent. Et particulièrement sur Internet, compte tenu de la nature intimiste et peu contrôlée du média. Ce qui pose essentiellement question sur les réseaux sont à la fois l’exposition accidentelle, en particulier des plus jeunes. Et la nature des images disponibles, à partir d’une démarche volontaire, par les plus grands.

  • Tous médias confondus, 23% des enfants de 9 à 16 ans sont exposés à des contenus sexuels ou pornographiques au moins une fois par an – internet étant devenu une source de pornographie aussi fréquente que la télévision, les films ou les vidéos *
  • En ce qui concerne uniquement Internet, cette exposition est de 14% pour les 9-16 ans et de 9% pour les 9-10 ans.*
  • Côté pornographie, le phénomène touche essentiellement les adolescents :
    > 36% des 15-16 ans sont exposés accidentellement à des sites pornos
    > 38% des garçons et 2% des filles y vont délibérément.**
  • Outre les images qui circulent sur Internet, les jeunes internautes peuvent également être exposés à des messages d’ordre sexuels sur leurs réseaux de communication personnels :
    > 15% des 11-16 ans ont reçu des images ou des messages sexuels dans des échanges peer to peer et 3% disent avoir envoyé ce type de message.
    > Près d’un quart déclarent avoir mal vécu cette expérience. *
  • Les sources d’expositions les plus fréquentes sont, dans l’ordre :
    1) les pop-up (46%)
    2) Youtube (32%)
    3) loin derrière les réseaux sociaux ou sites pour adultes (2-3 ).*

Quelles sont les réactions des jeunes ?

Sur Internet comme partout, l’un des problèmes concernant la sexualité sont les tabous qui entourent le sujet. D’où l’importance pour les parents d’ouvrir le dialogue. Pour qu’ils déculpabilisent mais aussi qu’ils prennent les bonnes mesures.

  • Quatre fois moins exposés que les adolescents, les enfants sont beaucoup plus perturbés par ces images et auraient besoin d’en parler ( un sur deux déclare que ce type d’expérience les a perturbé)**
  • Or, en cas d’exposition, seul 1 parent sur 3 est au courant de la situation.
    - 53% des enfants qui ont mal vécu l’exposition à ces images sur internet en ont parlé à quelqu’un quand cela leur est arrivé : **
    - 33% à un ami
    - 25% à un de leur parent
    - 25% ont simplement arrêté d’utiliser internet pendant un moment
  • Très peu ont changé leur système de filtrage ou leur liste de contacts suite à ces problèmes et seuls 40% ont pensé à bloquer le contact des personnes les importunant et à effacer leurs messages.
  • 40% de ceux qui ont été tracassés par ces messages sexuels ont bloqué la personne qui les leur envoyait, ou les ont effacé (38%).

 * Etude LES (The London School of Economics and Political Science)
** « Parents ou médias, qui éduque les préadolescents ? »Sophie Jehel

 

POur signaler un contenu illégal (pornographie accessible depuis un site susceptible d'être visité par des mineurs ou pédo-pornographie) : www.pointdecontact.net


Voir les autres questions de la catégorie: 
Sexualité
Modifié le 24/05/2012
LIENS
Et aussi sur le site
Et ailleurs sur le net