DUI Union européenne

Soutenu par l'Union européenne

Que savoir des biens virtuels ?

Que savoir des biens virtuels ?

La vente de biens virtuels existe essentiellement pour les jeux en ligne et dans les mondes virtuels, et ce depuis un ordinateur ou son téléphone portable. Ces biens virtuels sont particulièrement utilisés dans les jeux sociaux « gratuits « auxquels on accède par Facebook ou d'autres réseaux sociaux. La vente de ces biens est actuellement au cœur du modèle économique de certains jeux vidéos gratuits en ligne. On estime à plus de un milliard d’euros les revenus provenant de la vente de ces biens virtuels rien qu’aux Etats-Unis.

Les biens virtuels sont général des objets ou accessoires permettant d’accroitre ses performances dans le jeu (des armes , des outils, des vêtements, des bonus, de l’énergie…) Achetés au prix de quelques euros, voire de quelques cents, ils sont utilisés par les joueurs pour progresser plus vite et accéder aux niveaux supérieurs du jeu. Ils peuvent aussi être achetés pour offrir à des amis ou parfois même à des associations cartitatives.

Le principe des jeux proposant des biens virtuels peut être d’offrir un accès gratuit (voir article sur le Free To Play)  puis, une fois acquis à cette expérience, de les inciter ensuite à payer pour acquérir ces accessoires. Ceci étant, la vente de biens virtuels existe aussi dans certains jeux sur abonnement, en particulier pour permettre d'accéder à des quêtes supplémentaires. Dans certains jeux (par exempble Diablo 3), ces biens virtuels peuvent être l'objet de transaction entre joueurs, l'éditeur percevant une commission lors de chaque affaire.

Proposés massivement à la vente sur les jeux sociaux, les biens virtuels ne sont pas absolument nécessaires pour jouer. On estime que sur Facebook, 95% des joueurs se contentent de la version gratuite, seuls 5% achetants ces biens et services.

La vente de tels bien se développe également de façon importante sur les applications que l'on télécharge sur Smartphone et tablettes. On parle alors d'achats  "in-apps" effectués dans des boutiques d'achat au sein même de ces jeux sur mobile/tablette.

Le règlement de ces biens virtuels peut se faire par téléphone (numéros sur-facturés), SMS, Internet ou carte bancaire.

Conseils clés

  • Lorsque vos enfants  se lancent dans des jeux apparemment gratuits dites-leur de vérifier si ceux-ci ne requerront pas l’achat de biens virtuels pour progresser.
  • L’achat de biens virtuels n’est jamais nécessaire pour jouer. Pourquoi ne pas inciter les jeunes joueurs à gagner leurs galons plutôt que les payer ?  
  • Il arrive que des joueurs fassent commerce entre eux, façon marché noir, d'accessoires ou attributs qu'ils ont gagné en jouant. C'est illégal et problématique en terme de temps de jeu, l'aquisition de ces biens représentant souvent des heures de pratique.
  • Rappelez-leur que les numéros audiotels sont surfacturés et peuvent alourdir considérablement la facture de téléphone de la famille.
  • Et que ce qu’ils payent par SMS n’est en général pas compris dans leur forfait téléphonique, même illimité.
Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Jeux vidéo
Modifié le 07/03/2013