DUI Union européenne

Soutenu par l'Union européenne

Qu’entend-t-on par addiction ou dépendance ?

Qu’entend-t-on par addiction ou dépendance ?

Accro aux jeux vidéo ? De nos jours, la plupart des psychiatres mettent en garde contre le fait de parler à tort et à travers d'addiction ou de dépendance en matière de jeux vidéo. L'addiction se caractérise par un ensemble de symptômes clinique qui ne semble pas être constaté chez les jeunes parmi la population de très gros joueurs. Ce dont il s'agit ici est plutôt d'usages excessifs comportant parfois effectivement des éléments addictifs. Un phénomène à ne pas amalgamer avec les addictions à la drogue ou l'alcool, tout en étant conscient qu'il peut aussi avoir des conséquences graves.

Selon Thomas Gaon, spécialiste du traitement de l'addiction, la dépendance varie selon trois paramètres qui se combinent : le sujet (le joueur), l’objet (le jeu) et l’environnement. Selon lui, si l’environnement et le sujet n’ont pas de spécificité dans les MMOG, le jeu lui-même présente en revanche un risque accru de dépendance. De nombreux cas ont été relatés dans la presse, allant du décès d’un enfant mort faute de soins par ses parents au meurtre lié au jeu en passant par le décès d’un sud-coréen d’épuisement. Ces faits divers sont marginaux et aucun ne s’est produit en France à ce jour. L’environnement, envisagé de manière large, est d’abord le fruit de la société dans laquelle nous évoluons. Les valeurs qu’elle véhicule peuvent faciliter les comportements de dépendance. Ainsi, les faits divers les plus inquiétants se sont essentiellement produits dans les sociétés valorisant le dépassement de soi et la performance comme la Chine et la Corée. La défaillance ou l’indifférence de l’environnement direct du joueur (son entourage familial, amical, de travail) sont également importantes dans l’apparition de la dépendance.

Le psychiatre Serge Tisseron, souligne également l'usage innaproprié du terme addiction. Il préfère parler lui aussi d'usages excessifs, voir d'usages pathologiques des jeux vidéo. Dans tous les cas, cette mise au point importante ne doit pas faire oublier que le jeu excessif peut conduire à des effets secondaires sociaux et médicaux grave. Serge Tisseron rappelle qu'on peut rencontrer dans des cas extrêmes et exceptionnels des phénomènes tels que : une épilepsie photosensible, des hallucinations auditives, des problèmes d’incontinence, des problèmes musculaires et cutanés, des paralysies partielles, des tendinites, des douleurs aux articulations, etc.

Marc Valleur, psychiatre également  est plus nuancé. Il estime que la possibilité de l'addiction ne doit pas être rejetée à priori puisqu'il  il existe de réels problèmes de type addictif avec certains type de jeux vidéo. IL  estime toutefois que ces cas sont rares et témoigne qu'il n'a jamais rencontré de symptomes type violence/aggressivité ou encore de dédoublement que l'on observe dans le cas des addictions classiques.  ll met donc en garde contre le fait d'affoler tous les parents en collant une étiquette "addict" à tous les jeunes qui, effectivement, jouent trop mais sans pour autant être "dépendants" aux jeux vidéo.

 

POur en savoir plus : lire le dossier publié dans PEDAGOJEUX

 

Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Jeux vidéo
Modifié le 07/03/2013