DUI Union européenne

Soutenu par l'Union européenne

Qu'en est-il du harcèlement en ligne ?

Qu'en est-il du harcèlement en ligne ?

Depuis quelques années, le cyber-harcèlement fait de plus en plus parler de lui. Ce phénomène, qui n’est autre qu’une forme d'agression portée par les nouvelles technologies de la communication, se concrétise par la réception répétée de messages par SMS ou sur le Net (Facebook, skype, e-mail, blogs, communautés de joueurs, etc). On réagit ?


Dans les cas de harcèlement en ligne, un enfant reçoit un cumul de messages anonymes provenant en général de différentes sources, sur ses différents médias, typiquement son téléphone mobile, ses comptse sur lese réseaux sociaux, sa messagerie instantannée.. Ces messages tournent généralement autour de moqueries, insultes, voire de menaces, intimidations ou chantage et sont parfois accompagnés de mesures d’ostracisme à l’école ou autres lieux de socialisation. Souvent, les actions de harcèlement en ligne sont accompagnés de harcèlement ou violences physiques.

Parfois, les auteurs de ces messages demandent de l'argent pour que cesse la situation, exigent une rencontre ou la communication d'informations privées. Rien de nouveau par rapport au harcèlement traditionnel et autre envoi de lettres anonymes par la poste ? Pas vraiment en terme de principe et de conséquence, sinon que les outils virtuelsfont en sorte que la "victime" est soumise à des pressions 24 h sur 24, à la maison comme à l'école, et peut être exposée bien plus largement.

 Pour faire face à ce phénomène, il est important d’impliquer tous ses acteurs : la victime bien sûr, mais aussi les auteurs, les spectateurs, les parents et les écoles. Tout d’abord pour qu’ils soient au courant de son existence et mesurent à quel point, pour être virtuel, il n’en est pas moins souvent déstabilisant. Et pour qu’ils puissent agir pour le prévenir et le gérer au mieux le cas échéant.

Conseils clés

De façon générale

  • Savoir que le cyber-harcèlement ne concerne pas que les adolescents et est fréquent aussi au primaire
  • Apprendre à l’enfant à ne pas donner son numéro de téléphone, son idenfiant skype etc à tout va
  •  L'informer à titre préventif de ce phénomène, l’inciter à en parler si il advenait, et éviter qu’il ne participe, de près ou de loin au harcèlement d’un camarade
  •  Etre attentif à déceler les signes d'un harcèlement : peur d'aller en classe, angoisse face à l'écran, repli sur soi, etc. 

En cas de harcèlement

  • Agir rapidement : mettre de côté problématiques morales, d'éducation et autres quelques jours, l'urgence étant de prendre le problème le plus à la source possible, afin d'éviter qu'il ne prenne encore plus d'ampleur et ne laisse de traces informatiques
  •  Inviter le jeune à parler, sans dramatiser
  •  Clairement lui faire comprendre que - s'il n'a rien fait- il n'a aucune raison de se sentir coupable
  • Sans toutefois écarter fait qu'il peut aussi y êtrer un peu pour quelque chose (harcèlements et chantages peuvent prendre racine par exemple dans des échanges de vidéos peu montrables sur skype ou ailleurs)
  •  L'inviter à ne pas répondre aux messages de ses harceleurs
  •  Sauvegarder tous les messages reçus
  •  Si les messages arrivent par SMS ou boite vocale changer la carte sim du téléphone pour obtenir un nouveau numéro et se mettre sur liste rouge
  • Si le phénomène se produit sur Facebook, Skype ou autre, désactiver provisoirement le compte pour que cela cesse et signaler les problèmes aux responsables de ces services, qui doivent faire supprimer les contenus
  •  Contacter et prévenir le réseau social de l’enfant (école, clubs sportifs, grands-parents…)
  • Informer le Fournisseur d'Accès à Internet et/ ou l'opérateur mobile
  • Si le harcèlement persiste et dans les cas sérieux, la police peut être avertie A cette fin des «preuves» sont toutefois nécessaires pour que celle-ci puisse mener son enquête. C’est pourquoi vos enfants doivent, au cas-où, apprendre à sauvegarder les messages problématiques
Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Mobile
Modifié le 11/04/2013