Insafe Inhope Union européenne

Soutenu par l'Union européenne

Pornographie, quels sont les risques ?

Pornographie, quels sont les risques ?

Bien que les adolescents trouvent via Internet un bon moyen d'exprimer leur sexualité, cela n'est pas sans risque. La fréquentation de sites pornographique, courante pose en particulier question en matière de représentation de la sexualité à l’âge de sa découverte, et des pratiques sexuelles de façon plus générale

Les garçons plutôt que les filles

Selon une enquête Française, 80% des garçons et 45% des filles de 14 -18 ans déclarent avoir vu au moins une fois un film X durant l'année *. Les filles, principalement à la télévision; les garçons, aussi en vidéo et sur Internet. Ces derniers sont d'ailleurs nettement plus  «gros consommateurs » que les filles: près d'1 garçon sur 4 contre 1 fille sur 50 en a vu au moins 10 dans l'année. Autre différence : les garçons trouvent en majorité ces films amusants, distrayants ou utiles, tandis que la plupart des filles se disent mal à l'aise, voire choquées ou dégoûtées.

Une image déformée de la sexualité

L'expérience de la pornographie peut avoir de réels impacts sur la vie amoureuse et sexuelle de jeunes. Tout d'abord et avant tout, la séparation drastique entre sex et sentiment dans ces contextes induit, dès le départ, une approche problématique de la sexualité.

L'image dégradante de la femme comme objet sexuel proposée associée à celle du mâle dominant  dans la plupart de ces films ne saurait tout d'abord favoriser des comportements égalitaires et respectueux dans les jeunes couples, et la vie en générale.

Les sites porno tendent par ailleurs souvent à induire une confusion grave chez les jeunes (garçons essentiellement) entre sexe et violence

Par ailleurs, selon une étude Australienne,  la banalisation et l'exposition de pratiques particulières chez les jeunes induisent leur acceptation comme des pratiques « normales » et leur adoption.

Des impacts sur les pratiques sexuels

L'image déformée de la sexualité peut, on l'a vu, induire des représentations influant sur les pratiques sexuelles des jeunes.

Face à des modèles sexuels qui privilégient le culte de la performance, certains jeunes peuvent aussi  avoir du mal à vivre leur sexualité de jeunes hommes « normaux », voire à trouver plus de plaisirs dans le visionnage de vidéos porno et la masturbation (85% des garçons se masturbent devant leur écran) qu'à l'acte sexuel en soi. On se retrouve alors dans des cas de déviance, au sens clinique du terme.

Addiction

Autant la notion d'addiction est-elle désormais écartée en matière de jeux vidéo, autant la consommation de matériel pornographique peut  s'avérer addictive, avec des phénomènes d'escalade, les jeunes (garçons essentiellement) développant des besoins toujours plus  impératifs et crus, avec les conséquences que l'on imagine. On se retrouve dans ces cas dans des problèmes proches de l'addiction.

 

 

 

* www.educationsexuelle.com

** Youth sex and the internet

 

 

Voir les autres questions de la catégorie: 
Mauvaises rencontres
Publié le 26/10/2011