DUI Union européenne

Soutenu par l'Union européenne

Les jeux vidéos entrainent-ils une confusion entre réel et virtuel ?

Les jeux vidéos entrainent-ils une confusion entre réel et virtuel ?

Selon Michael Stora, psychologue, psychanalyste, co-fondateur de l’Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines, cette crainte ne serait pas fondée.

Pour M. Stora, le jeu vidéo est un moyen de supporter les frustrations et les tensions accumulées dans la journée. Les scènes aperçues lors d’un rapide coup d’oeil peuvent émouvoir par leur violence et leur caractère transgressif. Mais en prenant un peu plus de temps, en jouant avec son enfant par exemple, il est possible de découvrir d’autres facettes des jeux vidéos. L’image du jeu vidéo est en effet très différente de l’image télévisée. Alors que l’image télévisée place le récepteur dans une attitude passive de spectateur qui donne à celle-ci un caractère proche du sacré, au contraire, l’image du jeu vidéo est manipulable et son récepteur actif.

Les adolescents sont assez friands des jeux leur permettant d’incarner un autre personnage et de développer un avatar. Cet alter égo est un moyen de jouer avec son identité, d’être un autre afin d’affronter plus sereinement certaines situations et d’accumuler ainsi une confiance qui peut faire défaut à cette période du développement.

Aucune étude sérieuse n’a encore démontré que les jeux vidéo entrainent une confusion entre le réel et le virtuel. Aucune n'a démontré le contraire non plus. Au vue du faible nombre de faits divers en France, et à la lumière des retours effectués par les patients, le jeu vidéo jouerait d’avantage le rôle d’un exutoire à la violence. Ce qui ne veut pas dire que l'on peut voir et jouer à n'importe quoi à n'importe quel âge! Comme on ne regarde pas n'importe quel film à n'importe quel âge, on ne joue pas à n'importe quel jeu vidéo à n'importe quel âge





Michel Raynaud, chef du pôle de psychiatrie et d'addictologie à l'Hôpital Paul Brousse à Villejuif, va dans le même sens. Il souligne que les enfants ont au plus haut point la capacité de "faire comme si", qui les protège de la confusion entre réel et virtuel. Ceux qui franchissent le cap présentent d'après son expérience d'autres troubles.

Nos conseils clés

• Prendre connaissance de la classification retenue pour le jeu (PEGI / PEGI on line)
Ne surtout pas participer à mélanger réel et virtuel. Clairement parler des mondes virtuels comme d'univers imaginaires, quoi qu'en dise la publicité ...
• Paramétrer son matériel en fonction de l'âge de l'enfant (contrôle parental)
• Établir un dialogue avec l'enfant sur son usage des jeux vidéo

Voir les autres questions de la catégorie: 
USAGES - Jeux vidéo
Modifié le 07/03/2013