DUI Union européenne

Soutenu par l'Union européenne

ETUDE Technologie & Harcèlement, Université du New Hampshire (USA), Juin 2015

ETUDE Technologie & Harcèlement, Université du New Hampshire (USA), Juin 2015

La technologie aggrave-t-elle la souffrance des jeunes en cas de harcèlement ? Telle est la question que se pose une étude menée par 4 chercheurs de l’université du New Hampshire publiée le 1er juin 2015 dans le journal en ligne de l’American Psychological Association. Elle s’intéresse moins au type de personnes enclines à commettre ou à être victime de harcèlement qu’à la forme que prend ce harcèlement selon le genre et la tranche d’âge et comment il impacte les jeunes.

 

QUI HARCELE QUI?

 

Cette enquête montre en premier lieu que les jeunes américains sont nombreux à connaître le harcèlement : sur les 791 jeunes de 10 à 20 ans interrogées, un tiers ont été confronté à du harcèlement, sous quelque forme que ce soit. Plus de la moitié des incidents n’impliquaient aucune TIC (Technologie de l’Information et de la Communication), 15% concernaient du harcèlement en ligne uniquement et 31% des affaires mêlaient technologie et face à face.

 

Ce sont les garçons qui déclarent la majorité des cas de harcèlement, 61% exactement.  Selon les déclarations récoltées, ce sont les garçons âgés de 10 à 12 ans qui sont les plus enclins à être victimes d’un harcèlement IRL uniquement, alors que les cas de harcèlement mixte (à la fois en ligne et IRL) sont plus courants chez les filles âgées de 13 à 15 ans. Le harcèlement en ligne uniquement touche autant les filles que les garçons, mais davantage les 18-20 ans que les autres tranches d’âges.

Selon cette étude, le harcèlement touche de façon équivalente les jeunes de toutes les classes sociales et de toutes les « origines ethniques » (il s’agit d’une enquête américaine, où la collecte de ce type de données est autorisée).

 

L’école reste le lieu de deux tiers des incidents de harcèlement.

Par ailleurs, 88% des incidents de harcèlement impliquent un différentiel de pouvoir : le plus souvent, celui qui harcèle est plus puissant physiquement ou plus élevé socialement que sa victime. Mais cette dernière admet dans plus de la moitié des cas avoir également commis des actes de harcèlement à l’encontre de son harceleur. Une forme de cercle vicieux de la violence semble donc se dessiner pour ces jeunes, surtout dans les 22% de cas où le harcèlement dure plus d’un mois.

 

COMMENT REAGISSENT-ILS ?

 

Et comment les jeunes se sentent-ils dans de telles situations ?

C’est la colère qui domine, quel que soit le type de harcèlement. Par ailleurs, c’est en cas de harcèlement mixte, à la fois en ligne et dans la vie réelle, que l’impact émotionnel est le plus fort : 43% se sentent très triste et 42% ont l’impression de ne plus pouvoir faire confiance à personne.

Si les affaires de harcèlement mixte sont celles avec le plus fort impact émotionnel sur les jeunes, c’est probablement parce qu’ils sont majoritairement le fait de leurs amis, de leur petit(e) ami(e) ou de leur ex : les actes de ces personnes les blessent d’autant plus que les jeunes les connaissaient bien et les considéraient comme des proches. De plus, ils ont davantage tendance à être constitué d’une série d’épisodes de harcèlement. Au contraire, le harcèlement en ligne uniquement est surtout le fait d’inconnus ou de vagues connaissances et ne se produit qu’une seule fois dans 87% des cas.

 

Ainsi, cette étude arrive à une conclusion édifiante : la technologie n’est pas à l’origine d’un harcèlement de type nouveau et plus dévastateur encore pour les jeunes, mais un facteur aggravant. Le harcèlement en ligne uniquement est perçu comme moins grave pour les jeunes car pouvant être arrêté facilement, tandis que le harcèlement en face à face uniquement est souvent plus effrayant. Ce sont finalement les cas de harcèlement mêlant les technologies et le face à face qui génèrent le plus de souffrance.

 

RAPPEL DES FAITS ET CHIFFRES CLES
(Jeunes américains 10-20 ans)

  • -   Plus de 50% des cas de harcèlement se produisent hors ligne
  • -   88 % des cas de harcèlement impliquent une relation de pouvoir
  • -   Ce sont les cas de harcèlement mêlant cyber harcèlement et harcèlement « dans la vraie vie » qui sont les plus dévastateurs
  • -   25% des jeunes victimes de harcèlement ont l’impression de ne pouvoir faire confiance à personne ensuite 
  • -   2/3 des cas de harcèlement ont lieu à l’école
  • -   Le harcèlement est commis à 58% par des proches de la victime

 

L’étude complète (en anglais) est disponible ici

 

Voir les autres questions de la catégorie: 
BOITE A OUTILS - Etudes
Modifié le 30/06/2015