DUI Union européenne

Soutenu par l'Union européenne

ETUDE JEUNES - e-Enfance/IPSOS juin 2009

ETUDE JEUNES - e-Enfance/IPSOS juin 2009

L’association e-Enfance et l’institut de sondage IPSOS ont publié début juin une étude quantitative en écho à une première étude mettre le lien hypertexte vers la page du site correspondante menée en février sur l’attitude des parents face à Internet. Cette nouvelle étude porte sur l’utilisation que font les jeunes d’Internet, du téléphone portable et des jeux vidéo, ainsi que leurs comportements face aux risques qui en découlent.

Méthodologie

 

L’enquête est basée sur des propos déclaratifs, recueillis en mars 2009 sur Internet auprès de 500 jeunes français représentatifs de 9 à 17 ans. Certaines questions restrictives ne concernent pas la totalité des jeunes interrogés, car comportant des critères éliminatoires (ex : question posée à ceux qui ont un portable, à ceux qui jouent aux jeux vidéos…)

 

***************

Ce qu’il en ressort

 

  • Taux d’équipement

Les jeunes sont fortement équipés en téléphones portables (65%) et consoles de jeux vidéo (88%).

  • Les jeunes et leurs usages d’Internet : Des modes d’accès variés à Internet

La plupart des jeunes ne commence à surfer qu’à partir de 8 ans (48%), voire après 10 ans (39%). Si la navigation sur l’ordinateur familial est la plus fréquente (90%), les jeunes la complètent par l’utilisation de leur propre ordinateur (43%), de leur téléphone portable (30%) ou se rendent sur Internet en dehors de la maison (cybercafés, amis, téléphone portable…).

Le temps passé sur Internet est plutôt raisonnable D’après ce que déclarent les jeunes, le temps passé sur Internet semble relativement régulé (allant de 1h/semaine pour 59% à plus de trois heures pour 18%).

  • Une navigation très variée

Les raisons évoquées en matière d’utilisation d’Internet sont diverses, allant de la recherche d’informations (91%), les chats sur MSN ou autres messageries instantanées (80%) , l’animation de leur blog (19%), etc ;


La connaissance des risques liés aux pratiques et la mise en application des précautions d’usage

  • Des parents absents lors de la navigation.

Au sujet des risques et limites d’Internet, les jeunes interrogés déclarent y être sensibilisés par leurs parents qui, pour une grande partie, posent explicitement des règles, des cadres, des conditions et préviennent leurs enfants sur ces questions. (96% des jeunes ont été prévenus des risques liés au fait de se rendre à un rendez-vous avec un inconnu sans prévenir un adulte, 95% savent qu’il ne faut pas divulguer d’informations personnelles sur Internet, 84% ont été sensibilisés à la vérification des informations trouvées en ligne par exemple.)

Néanmoins, s’ils paraissent concernés par ce sujet, les parents ne semblent pas effectuer un accompagnement systématique lors de l’usage des différents médias. 47% des jeunes interrogent déclarent leur ordinateur équipé d’un logiciel de contrôle parental. Leurs téléphones portables n’en sont équipés qu’à hauteur de 16%.

 

  • Une perception des risques limitée et des mesures de précaution peu appliquées malgré un relatif respect des règles énoncées par les parents

 

Souvent en situation d’autonomie (24% déclarent surfer accompagnés d’un de leur parent et 11% avec leurs frères ou sœurs, contre 64% seuls), les jeunes respectent de manière générale les consignes de leurs parents (88 % d’entre eux ne cherchent pas à contourner le contrôle parental installé sur leur ordinateur personnel). L’estimation des risques liés aux usages d’Internet est d’ailleurs mitigée : 54% des enfants interrogés estiment Internet risqué, alors que plus d’1/4, tous âges confondus, a déjà été confronté à au moins une situation problématique allant de messages effrayants ou moqueurs, à des propositions sexuelles émanant d’inconnus sur un chat ou un blog, en passant par du visionnage d’images choquantes, lecture de propos choquants ou haineux…

Certains sont parfois tentés de braver les interdits (ou, pour quelques-uns, de se mettre en danger : 1% déclare être déjà allé seul à un rendez-vous fixé avec un inconnu sur Internet sans prévenir ses parents, 4 à 8% vont sur Internet ailleurs que chez eux pour contourner les règles posées par leurs parents.

De plus, les jeunes ne semblent pas très bien informés sur les possibilités de paramétrage sur les réseaux sociaux : un tiers d’entre eux utilise un profil Facebook ou MySpace visible par tous.

  • Des enfants fréquemment confrontés à des situations à risque variées

Les situations à risques se rencontrent lors d’usages variés ; Toujours selon leurs déclarations : 49% les rattachent à des recherche d’information, 26% à des visites sur Daily Motion ou You Tube, 18% lors de chat, 15% sur des plateformes comme Facebook ou Skyblog, 9% lors de jeux en réseau.

La majorité des jeunes interrogés ayant rencontré une situation à risque l’a signalée (76% d’entre eux) en en parlant prioritairement à leurs parents (dans 92% des cas). Mais un enfant sur quatre n’a pas signalé l’incident rencontré.

Jeux vidéo

  • Une consommation multiple des jeux

S’ils surfent de façon assidue, les jeunes jouent également de manière assidue. Des jeux gratuits en ligne aux jeux payants sur console, des jeux en réseau aux petits jeux, ils reconnaissent passer du temps sur ce type d’activités (46% de deux à quatre heure 33% plus de cinq heures/semaine, 29), les garçons jouant sur des supports plus diversifiés que les filles. Des jeux qui occupent une place importante au sein des familles

Alors qu’une partie des jeunes interrogés a tendance à bien cerner la virtualité des jeux vidéo en déclarant à 54% préférer la famille et les amis aux jeux, 17% d’entre eux affirme préférer les jeux et 29% n’ont pas de préférences entre les deux.

L’étude met donc en exergue l’importance prise par les jeux vidéo dans la cellule familiale comme en témoigne le fait que 26% des jeunes joueurs reconnaissent qu’ils sont un sujet important ou fréquent de conflit avec leurs parents.

Tendance confirmée également par les 24% d’enfants jouant la nuit quand le reste de la famille est couchée ou les 29% d’entre eux qui déclarent que la vie sans jeux vidéo serait plutôt ennuyeuse.

Voir les autres questions de la catégorie: 
BOITE A OUTILS - Etudes
Modifié le 22/06/2009