DUI Union européenne

Soutenu par l'Union européenne

Ados et réseaux sociaux - TNS Sofres, juillet 2011

Ados et réseaux sociaux - TNS Sofres, juillet 2011

Que font-ils sur les réseaux sociaux ? Qu'échangent-ils ? Avec qui ? Leurs pratiques sont-elles toujours « amicales » ? Se sentent-ils protégés ? Quelle place ont pris les réseaux sociaux dans leur vie et celle de leur famille ? Voici les éléments de réponses apportés par cette étude réalisée auprès de 1 200 jeunes de 8 à17 ans

Principaux constats de l'étude

La moitié de 8-17 ans sont sur les réseaux sociaux

* 48% des enfants de 8-17 ans sont connectés à un réseau social (Facebook).
* 18% des moins de 13 ans sont connectés, avec l'accord de leurs parents à 97%.
* Le déclic a lieu au collège : 57% des élèves du collège sont connectés / 11% des élèves du primaire.
* Les jeunes se connectent souvent seuls : depuis leur ordinateur personnel (50%) et leur mobile (23%).

Les parents sont assez peu associés à cette pratique

* Seule la moitié (55%) des 8-17 ans discutent avec leurs parents des réseaux sociaux, principalement du temps d'utilisation plus que des usages...
* Une moitié (49%) d'entre eux sont « amis » avec leurs parents.
* La moitié des enfants (55%) se disent surveillés dans leur utilisation de Facebook ; la vigilance des parents est plus marquée pour les plus jeunes (77%) et les filles (63%).

Pour les enfants et les adolescents ces relations sont bien réelles

* Pour les enfants et les adolescents, la relation sur le réseau n'est pas virtuelle. Ils sont dans la vraie vie ; 92% utilisent leur vraie identité et livrent beaucoup d'informations personnelles.
* Leurs activités sont notamment les commentaires et la publication de photos (surtout pour les filles à 88%).

Un tiers des enfants ont été choqués ou gênés par des contenus

* Le réseau social est un espace plutôt civilisé mais les risques y sont démultipliés par la résonnance d'internet. 18% des 8-17 ans y ont déjà été insultés.
* Plus d'un tiers (36%) ont déjà été choqués par certains contenus ; spontanément, ils citent d'abord les contenus à caractère sexuel, puis les contenus violents ou racistes et homophobes.
* Quand ils ont été choqués, seuls 10% d'entre eux en ont parlé à leurs parents : ils en parlent plus facilement quand le sujet des réseaux sociaux est abordé en famille.

Conscients des risques, ils ne savent forcement s'en préserver

* Les enfants semblent sensibilisés aux risques pour la vie privée et maitrisent les paramètres de confidentialité, même si cela est moins vrai pour les plus jeunes.
* Les enfants et adolescents ont en moyenne 210 « amis » (un chiffre qui augmente avec l'âge), 30% d'entre eux ont déjà accepté en « amis » des gens qu'ils n'avaient pas rencontrés pour de vrai. Peut-on alors considérer qu'ils sont vraiment « entre amis » ?
* La surveillance et le dialogue parents-enfant existent mais doivent être renforcés pour favoriser la prise d'autonomie et la responsabilisation des enfants/adolescents dans la gestion de leur réseau et de la confidentialité de leur vie privée.

Voir les autres questions de la catégorie: 
BOITE A OUTILS - Etudes
Modifié le 05/07/2011