DUI Union européenne

Soutenu par l'Union européenne

banniere projet

Données et tracking


Quelques conseils pour mieux maîtriser le numérique


Afin de vous aider à profiter au mieux d'Internet, nous avons regroupé ici quelques informations et conseils qui peuvent vous être utiles. Consultez-les et surtout n'hésitez pas à partager vos avis, trucs et astuces en laissant vos commentaires avisés. Cet espace est le vôtre, exprimez-vous !

DONNEES ET TRACKING

Tout sur les cookies

« En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance du site, à optimiser votre navigation et à vous proposer des offres et services personnalisés… »  Vous voici prévenus : des données personnelles vous concernant (identifiants, préférences, habitudes de navigation, mots de passe) sont collectés quand vous surfez sur Internet.

 

Comment sont-elles collectées ? Grâce à de petits fichiers, les cookies, qui opèrent pendant la navigation ou se téléchargent sur votre ordinateur et enregistrent une partie de votre activité en ligne.  C’est ainsi que des informations vous concernant, que vous n’avez pas volontairement fournies à des sociétés, sont récupérées.

Ces traceurs, présents sur tous les sites en grand nombre, sont en partie nécessaires et bien pratiques. Ils permettent  par exemple de garder en mémoire votre panier sur des sites marchand, vous évitent de  rentrer votre mot de passe à chaque fois que vous vous connectez à Facebook, itune ou autre.

Mais les cookies ne se contentent pas de vous reconnaître et automatiser certains processus quand vous allez sur un site. Ils  pistent aussi votre adresse IP (qui caractérise votre ordinateur et votre connexion Internet) sur tout le Web, récupèrent des infos sur les sites que vous visitez et à quelle fréquence, sur vos achats en ligne, les mots-clés que vous tapez, le genre de site et de contenus que vous recherchez, et même les endroits où vous allez si vous avez un smartphone. Toutes ces données qui peuvent sembler très générales sont collectées et transmises par les cookies et croisées avec d’autres données. Résultat : même si vous n’en avez rien dit, on peut deviner votre genre, votre âge, vos centres d’intérêts, vos habitudes de vie, vos croyances religieuses, ce que vous êtes susceptibles d’acheter…

 

Des contrôles existent sur l’utilisation de ces cookies. Selon la loi européenne, les sites doivent informer les utilisateurs qu’ils utilisent des cookies, sauf si ces actions sont « strictement nécessaires » pour la délivrance d'un service de la société expressément demandé par l'abonné ou l'utilisateur … ce qui est assez flou ! Et bien souvent, on se contente de vous informer de l’utilisation de cookies sans vous donner aucune option pour les refuser.

 

Limiter leur impact reste toutefois possible.

 

CONSEILS CLES

  • Paramètrez votre navigateur de façon à ce qu’il indique aux sites que vous ne souhaitez pas être tracé(e) : les sites ne sont pas tenus de respecter les demandes des utilisateurs, mais certains le font.
  • Supprimez régulièrement l’historique et les cookies dont vous ne voulez pas de vos différents navigateurs.
  • Désactivez la géolocalisation sur votre smartphone lorsqu’elle ne sert à rien.
  • Vous pouvez installer certains « add-ons » ou modules sur votre navigateur qui détectent le nombre de mouchards utilisés par le site et vous permettent de les désactiver.
  • La protection de vos données passe aussi par la vigilance quant aux Conditions Générales d’Utilisation et aux infos requises par les sites que vous utilisez et par les applis que vous téléchargez. Pas besoin de cookies pour espionner votre vie privée si vous installez des applis qui demandent l’accès à votre localisation, vos SMS, les photos et vidéos stockées sur votre téléphone, etc !  Alors faites attention et demandez-vous si vous êtes prêt à sacrifier une telle quantité de données personnelles juste pour pouvoir jouer à un jeu ou bénéficier d’une service gratuit.

 

Pour aller plus loin :

L’épisode 1 de Do Not Track, le webdocumentaire en 7 épisodes interactifs produits par Arte

Un article et un dessin pour comprendre la distinction entre deux techniques de tracking, les cookies et le fingerprint

Ce que Facebook sait de nous

Si vous avez un compte Facebook, cette entreprise a directement accès à des informations très détaillées sur vous et prétend deviner vos croyances religieuses si vous en avez, votre orientation sexuelle, et même votre niveau de bonheur ! Ce sont des informations que vous donnez, sans forcément vous en rendre compte, mais qui peuvent être lourdes de conséquences.

 

Car les contenus que vous likez, les personnes avec lesquelles vous êtes ami, ceux avec lesquels vous avez le plus d’interactions, la quantité et la nature des photos que vous postez, la fréquence et le contenu de vos statuts, le nombre de groupe dont vous êtes membre, les applis auxquelles vous vous connectez par Facebook bref, toutes vos données sont stockées sur des serveurs informatiques. Et même si vous supprimez une photo et qu’elle n’est plus visible sur votre profil, elle reste stockée sur les serveurs de Facebook.

A partir de ces données, des ordinateurs peuvent analyser votre personnalité et vos goûts et en déduire beaucoup de choses sur vous. Ce portrait de vous dressé sans que vous le sachiez sert pour beaucoup de choses, dont le ciblage comportemental qui permet de vendre des espaces publicitaires très prisés, et la mise en place de filtering bubble.

 

Vous n’utilisez pas Facebook ? Cela ne signifie pas que vous passiez tout à fait à travers les mailles du filet. Il y a en effet des boutons Like (et donc des cookies Facebook) sur de très nombreux sites. Par ce biais Facebook collecte des données sur tous les internautes qui visitent ces sites, même ceux qui n’ont rien liké du tout et ont choisi de ne pas avoir de compte Facebook. Pareil pour Twitter, Instagram et autre

 

Ainsi, Facebook se construit une incroyable base de données: 28 millions d’utilisateurs de Facebook en France et 1,44 milliards dans le monde, avec énormément de données sur les  60% des collégiens français qui passent plus d’une heure par jour sur le réseau !

 

CONSEILS CLES :

  • Ne mettez pas trop d’informations sur vous et surtout pas n’importe lesquelles sur les réseaux sociaux : vos vrais amis savent ce que vous aimez, avez-vous besoin de liker un contenu pour leur montrer ?
  • Utilisez en priorité des adresses mails variées plutôt que Facebook pour utiliser des applis et sites.
  • Désactivez la géolocalisation sur votre smartphone
  • Déconnectez-vous quand vous quittez Facebook
  • Supprimez régulièrement votre historique et vos cookies
  • Désinstallez les applications que vous n’utilisez plus.
  • Vous pouvez utiliser une extension comme Disconnect pour bloquer le tracking

 

Pour aller plus loin :

L’épisode 3 de Do Not Track, le webdocumentaire en 7 épisodes interactifs produits par Arte

Un article très complet de Libération sur les informations récupérées par Facebook

Comment Facebook vous espionne même si vous n’avez pas de compte

 

Le ciblage comportemental

Même si l’adage « Si tout est gratuit, vous êtes le produit » n’est pas toujours vrai, on sait bien que c’est en utilisant et vendant indirectement vos données que de nombreux sites et applications se financent.  Après tout, ils doivent bien trouver un moyen de payer les gens qui travaillent pour eux !

 

Les données que vous les autorisez à utiliser et toutes celles qu’ils récupèrent par les cookies leurs permettent de vendre des espaces publicitaires de plus en plus efficaces car mieux ciblés.

Grâce au portrait qu’on a pu dresser de vous à travers vos données, on peut deviner (ou plutôt tenter de prédire)  le genre de produit que l’on pourrait  vous vendre, et par conséquent le type de publicité auquel vous serez plus probablement sensible.

C’est ce que l’on appelle le ciblage comportemental. Concrètement, cela signifie que l’on personnalise le contenu que vous voyez selon ce que vous faites, dite, publiez sur Internet. 

 

Si vous avez liké la page d’une marque de boisson gazeuse par exemple, ne soyez pas étonné de vous voir proposer un jeu concours lié à la marque ou une publicité pour un autre soda. Si vous avez consulté le prix d’une tablette tactile sur un site de vente en ligne,  il ne sera pas étonnant que vous soyez exposé à des pubs pour des accessoires électroniques. Si vous évoquez régulièrement l’équitation sur votre boite mail, vous verrez peut-être des bandeaux publicitaires vantant les mérites de circuits touristiques équestres…

Ne soyez pas dupes. Vos données ont de la valeur, beaucoup de valeur. Google gagne chaque année environ 35 ou 40 euros par utilisateur grâce à l’exploitation de ses données, et Facebook environ 7.

 

C’est quoi le problème ? A chacun d’en décider. Collectivement la création de bases comportementales pose de réelles questions éthiques et politiques. Au plan personnel, le fait d’être en permanence sollicité, voire manipulé aussi.

 

CONSEILS CLES :

  • Vos données personnelles sont précieuses et des entreprises sont prêtes à payer pour les vôtres : ne livrez pas trop d’informations
  • En ce qui concerne le tracking, reportez-vous aux conseils données dans l’article « tout sur les cookies »
  • Pour bloquer les publicités, vous pouvez installer un add-on sur chacun de vos navigateurs pour les bloquer

 

Pour aller plus loin :

Un épisode de #DataGueule consacré à l’utilisation économique de nos données : BigData, données, données, donnez-moi !

L’épisode 2 de Do Not Track, le webdocumentaire en 7 épisodes interactifs produits par Arte

Connaissez-vous la "filter bubble" ?

Pourquoi tout le monde n’obtient pas les mêmes résultats en tapant un mot dans Google et ne voit pas s’afficher le même contenu sur son fil d’actualité Facebook ?

Parce que ces plateformes étudient minutieusement les données collectées lors de votre navigation pour décider ce qui est le mieux pour vous, et vous proposer une « expérience personnalisée ». Confortable, certes, puisque cela d’être confronté à de nouveaux points de vue, et que l’on privilégie les messages des « amis » que vous fréquentez le plus.

Sauf que… vous finissez enfermé dans une bulle de filtres dessinée juste pour vous : bonjour l’ouverture au monde !

Prenons un exemple

               -  Si vous avez l’air intéressé par les voyages (vous avez visité des sites d’agences de voyage ou des blogs de globe-trotter), les mots clé « égypte climat » vous donneront accès à des sites ventant le tourisme en Egypte et parlant des meilleures saisons pour y aller  

               - Si vous avez l’air intéressé par la politique ou la religion musulmane (vous fréquentez le site de journaux comme Le Monde et/ou des forums autour de l’islam), les mêmes mots-clés vous donneront accès à des articles sur le climat politique et religieux en Egypte à l’heure actuelle

 

CONSEILS CLES :

  • Utilisez des annuaires, moteurs de recherche et réseaux sociaux alternatifs qui ne collectent pas les données
  • Décochez la case « afficher les suggestions de recherche » de votre moteur de recherche
  • Allez voir ailleurs. Fouinez !
  • Croisez vos sources

 

Pour aller plus loin :

La démonstration par l’exemple d’Eli Pariser

Métadonnées et surveillance

Les métadonnées et vous

Une métadonnée est une donnée servant à décrire une autre donnée. En clair, si vous envoyez un message à un ami depuis votre téléphone, la donnée sera le contenu du message et les métadonnées seront l’identité de l’expéditeur (vous), votre localisation, l’heure et la date d’envoi, etc.

Les métadonnées n’étant pas des données personnelles à proprement parler mais plutôt des catégories, elles peuvent être collectées bien plus facilement et peuvent sembler anodines. Mais à partir de vos métadonnées, en particulier en les croisant, on peut en déduire beaucoup sur vous à votre insu.

 

Et la surveillance dans tout ça ?

 Autrefois, il y avait les écoutes téléphoniques ou les détectives. Plus efficaces et discrètes, ce sont désormais les lois et techniques de récolte et traitement des métadonnées qui sont au cœur des débats autour de la surveillance. 

Alors que les métadonnées sont devenues centrales dans les activités des services de renseignements, on peut s’interroger sur notre intimité et notre vie privée.
 

Pour aller plus loin :

L’épisode de la série vidéo #DataGueule sur la surveillance par les métadonnées « Privés de vie privée »

Les métadonnées expliquées en patate, une vidéo du Monde

Notre article d'actualité pour faire le point sur la nouvelle loi sur le renseignement

Paramétrer son navigateur

Les navigateurs sont des logiciels conçus pour permettre d’afficher les contenus disponibles sur le Web sur différents supports. A ne pas confondre avec les moteurs de recherche, qui sont eux des applications web permettant de trouver des ressources à partir d'une requête sous forme de mots.
Quelques exemples de navigateur : Mozilla Firefox, Google Chrome, Internet Explorer.

Par le biais des navigateurs, des informations sur vous peuvent être récupérées sans que vous ne vous en rendiez compte (voire la rubrique « Données et tracking »). Afin de protéger vos données, et donc votre vie privée, il est important de bien paramétrer vos navigateurs. : supprimer régulièrelment l'historiqu et les cookies, indiquer aux sites qu'on refuse d'être pisté, et éventuellement utiliser le mode navigation privée et un bloqueur de publicités.

 

SUPPRIMER L'HISTORIQUE ET LES COOKIES

 

Sur Mozilla Firefox :

Ouvrir le menu puis cliquer sur Historique et sur effacer l’historique récent

 Sélectionner l’intervalle à effacer, vérifier que toutes les cases sont cochées puis cliquer sur « effacer maintenant »

    

  

 

Sur Google Chrome

Aller dans le menu sur « History » ou Historique puis cliquer sur « Clear browsing data » ou effacer les données du navigateur

Sélectionner le délai voulu (depuis la dernière heure jusqu’au début du navigateurà et vérifier que toutes les cases sont cochées, puis cliquer sur « Clear browsing data » ou « effacer »

    

     

 

Sur Internet Explorer

Aller dans les réglages et cliquer sur « Options Internet » et cocher la case « supprimer l’historique de navigation à la fermeture du navigateur »

 Cliquer sur « Appliquer » puis sur « OK »

Aller dans les options internet du menu.

Puis dans Paramètres toujours, cliquer sur « Historique » et réduire à 0 le nombre de jours de conservation de la liste des sites visités

Puis en haut de la fenêtre options, cliquer sur « confidentialité » et élever le niveau de protection au maximum jusqu’à ce qu’il soit affiché « Bloquer tous les cookies »

Cliquer sur Appliquer puis sur OK.

    

 

INDIQUER QU'ON REFUSE D'ETRE PISTE

(on sera quand même pisté par la plupart des sites)

 

Sur Mozilla Firefox

Dans le menu, ouvrir les options puis aller à la rubrique Vie privée

 Cocher la case « Indiquer aux sites que je ne souhaite pas être pisté » puis décocher la case « accepter les cookies », et enfin cocher la case « vider l’historique à la fermeture de Firefox »

    

 

Sur Google Chrome

Dans le menu, cliquer sur « Settings » ou « Paramètres », puis descendre sur la page jusqu’à la rubrique « Privacy » ou vie privée (il faut parfois cliquer sur « show advanced settings » ou « réglages avancés pour y avoir accès)

 Cocher la case « send a Do Not Track request with your browsing traffic » ou « indiquer aux sites que je ne souhaite pas être pisté » et cliquer sur ok

    

 

Sur Internet Explorer

Dans la catégorie « Sécurité » du menu, cliquer sur « activer la protection contre le tracking » et « activer les demandes Do Not Track ».

 

NAVIGUER EN MODE PRIVE

 

Sur Mozilla Firefox

Si vous voulez toujours naviguer en mode privé, allez dans les options du menu et dans la rubrique vie privée, puis cocher la case « toujours utiliser le mode de navigation privée » et accepter de redémarrer Firefox

 

Sur Google Chrome

Vous ne pouvez pas choisir dans naviguer par défaut en mode privé, mais à chaque fois que vous ouvrez votre navigateur vous pouvez demander dans le menu à naviguer dans une fenêtre privée ou « incognito window »

Sur Internet Explorer

Si vous avez supprimé votre historique et vos cookies et réglé votre navigateur de façon à refuser les cookies, vous ne pouvez rien faire de plus.

 

 

INSTALLER UN BLOQUEUR DE PUBLICITES

Sur Mozilla Firefox

Dans le menu, aller sur Modules, et chercher dans la barre de recherche en haut à gauche le nom d’un module bloquant les publicités (renseignez-vous sur le Net pour trouver les noms de bons bloqueurs)

 Une fois le bon module trouver, cliquer sur « Add to Firefox »

Sur Google Chrome

Dans le menu, aller à « More tools » (« plus d’options ») et cliquer sur « Extensions ».

Cliquer sur « Get more extensions » (« obtenir plus de modules ») puis taper le nom d’un bloqueur de publicité trouvé préalablement par recherche sur Internet

Une fois le bloqueur trouvé, cliquer sur « Add to Chrome » (« ajouter à Chrome »)

Sur Internet Explorer

Aller à l’adresse suivante : http://www.iegallery.com/PinnedSites puis rechercher le nom d’un module bloqueur de publicités (renseignez-vous auparavant sur le Net pour savoir quels sont les bons bloqueurs), puis cliquer sur « Ajouter »

Géolocalisation

Comment ça marche ?

Si vous avez un smartphone, vous vous êtes sans doute empressé de télécharger de nombreux jeux et applications plus ou moins drôles et utiles. Mais au moment de les télécharger, vous avez été obligé de donner à ces applis l’accès à certaines de vos données : SMS, photos et vidéos stockées sur votre téléphone, la liste varie mais inclut dans 30% des cas la localisation.

Lorsque vous permettez à une appli d’avoir accès à votre géolocalisation, vous lui permettez de chercher de savoir où vous êtes.  Les lieux où vous passez du temps, vos itinéraires, les gens près desquels vous êtes, vos applications savent tout cela. Et si cela est parfois utile pour l’application (un GPS ou une application pour se repérer dans une ville pourrait difficilement se passer de géolocalisation), elle récupère souvent ces données sans aucun but apparent.

Quels risques ?

La revente de ces données à fins publicitaires essentiellement. La surveillance aussi, on peut imaginer.

Car les jeux et applis gratuits ont besoin de se financer, et les applications payantes ont besoin d’être plus rentables. Elles collectent donc massivement des données sur votre géolocalisation et les revendent (anonymement) à des publicitaires qui peuvent ainsi vous proposer des publicités personnalisées (selon le principe du ciblage comportemental).

Vos données vous échappent donc et circulent sans que vous ne puissiez les modifier ou les supprimer.

 

Comment éviter d’être TROP géolocalisé ?

Quoi que vous fassiez, dès lors où vous avez un téléphone, avec ou sans internet, avec ou sans appli vous êtes de fait géolocalisé par votre opérateur téléphonique qui doit bien savoir où vous vous trouvez pour vous faire parvenir vos appels. Vous n’y pouvez rien sauf à ne pas avoir de portable.

  • En revanche, vous pouvez agir en ce qui concerne la géolocalisation par les éditeurs d’appli. Réglez soigneusement les paramètres de votre téléphone : dans vos réglages, paramètres ou settings, vous pouvez gérer la localisation soit de toutes vos applications d’un seul coup (sur Android) ou de régler au cas par cas si l’application peut toujours accéder à votre localisation ou seulement quand elle est en marche (sur iOS).
  • Lorsque vous installez une appli, lisez attentivement la liste de ce que  demande l’application : si elle demande accès à une grande partie de votre vie privée dont la localisation, cherchez une application semblable ne demandant pas autant d’informations.
  • Lorsque vous n’en avez plus besoin, fermez-la.
  • Supprimez également les applications dont vous ne vous servez plus.
  • Dans vos paramètres de confidentialité ou dans vos paramètres Google, vous pouvez aussi activer le suivi publicitaire limité ou désactiver les annonces par centres d’intérêt.

 

Désactiver les publicités ciblées sur les smartphones

Pour éviter le ciblage comportemental, vous pouvez régler les paramètres de votre téléphone.

 
Vos portables contiennent en général ce que l’on appelle un « identifiant de publicité » qui est un identifiant temporaire de votre appareil qui peuvent être utilisés par les éditeurs d’application pour vous proposer de publicités ciblées.
Mais, loi oblige, vous pouvez limiter ce suivi en fouillant bien dans vos appareils.
 
Pour désactiver le suivi publicitaire sur les appareils Apple 

  • Aller dans « réglages »

>  Général
> Confidentialité
> Publicité
> Activer « suivi publicitaire limité »
 
Pour les appareils sous Android

  • Aller dans Android Market qui se trouve dans la liste de vos applications
  • Paramètres
  • Préférences des annonces Google Admob
  • Décocher la case « recevoir des annonces ciblées par centre d’intérêt »

 

Big Data, le tourbillon des données

Toujours plus de données de tout type qui circulent toujours plus vite,
Toujours plus d’outils complexes et puissant éparpillés aux quatre coins du monde pour analyser des données
Dont on voit de mieux en mieux l’utilité
C’est le tableau étourdissant du Big Data.

 

Nous utilisons Internet de plus en plus et nous sommes toujours connectés grâce à nos smartphones, ordinateurs, tablettes, télévisions, montres, etc. La quantité de données en circulation a donc très fortement augmenté ces dernières années.

Les données des administrations, des livres, des résultat de la recherche, de la presse mais aussi vos données, celles de vos amis, celles des membres de votre famille, celles des amis de votre famille, celles de la famille de vos amis, celles de vos professeurs, celles de la famille et des amis de vos professeurs…  toutes ces données forment un ensemble énorme, massif. Cet ensemble de données, c’est le Big Data (en français le terme officiel est  Médadonnées)

Il est à l’heure actuelle difficile d’analyser ce Big Data en raison de :

  • Son volume => la quantité et le poids de toutes les données existantes sur l’Internet mondial est difficilement mesurable
  • Sa variété => entre des photos, des contenus de toute sorte, des information de localisation, des contenus d’e-mails, des numéros de compte, des mots de passe, des chiffres et des tweets, la nature du Big Data est très hétérogène, puisque toutes les données sont différentes
  • Sa vélocité (ou rapidité) => le Big Data se modifie sans cesse avec l’apparition et la modification (rarement la disparition) de données, et y avoir accès est de plus en plus rapide et simple avec l’amélioration des facultés de stockage et de la puissance des ordinateurs
  • Sa véracité => ceux qui publient le plus (les gens plus motivés) sont sur-représentés mais pas forcément les plus exacts. Il est difficile de faire le tri.

 

Le Big Data est dans tous les cas un enjeu majeur de notre siècle, de l’avis de beaucoup d’entrepreneurs, de personnalités politiques et de scientifiques. En effet, si on pouvait analyser une base de données si gigantesques, on pourrait selon eux prévoir des épidémies, comprendre les comportements humains, en bref être en capacité de mieux maîtriser le monde qui nous entoure et de prendre les bonnes décisions.

 

Pour aller plus loin : On aime bien…

Le manifeste DataDada
d’Albertine Meunier, Julien Levesque, Bastien Didier, avec la complicité de Syvie Tissot

Un épisode de #DataGueule consacré à l’utilisation économique de nos données : BigData, données, données, donnez-moi !

 

Surfer en limitant ses traces : VPN ou Tor

Notre activité en ligne, comme on l’a vu, est souvent enregistrée et fait l’objet d’une grande attention du fait de son potentiel économique ( et dans certains cas idéologiques). Mais alors comment échapper au tracking et de façon plus générale à la surveillance pour protéger sa vie privée ? L’un des moyens, est d’utiliser un VPN ou de se servir de Tor.

 

Un VPN, c’est quoi ?

 

Un réseau privé virtuel, ou Virtual Private Network en anglais, est un système qui permet de faire communiquer votre ordinateur à un autre ordinateur (serveur) de façon cryptée sans passer par le web traditionnel, public. Une fois connecté,  toutes vos actions passent par ce serveur sans que personne ne sache que vous en êtes l’auteur puisque vous utilisez son adresse IP.

Sans entrer dans les détails, toute l’idée du VPN est donc d’éviter que l’on vous identifie à travers votre IP, la trace caractéristique de votre connexion, sa carte d’identité numérique en quelque sorte. Sans VPN, lorsque vous accédez à un site, son administrateur peut identifier à votre adresse IP donc potentiellement  trouver votre nom, adresse, numéro de téléphone, activités en ligne etc. Avec un VP, il remonte au serveur, pas à vous. Fin de l’histoire.

Les VPN permettent donc de préserver son anonymat sur Internet, d’éviter le tracking et aussi d’accéder à des services sur Internet normalement réservé aux internautes d’autres régions du monde en faisant croire au site que la connexion vient de ces régions.

L’utilisation d’un VPN est légale tant qu’elle ne sert pas à des fins illicites : le téléchargement illégal d’un film n’est pas plus légal en utilisant un VPN, mais se servir d’un VPN pour regarder une émission sur le site de la BBC est légal.

Certains VPN sont payants, d’autres sont gratuits. Si vous voulez vraiment vous protéger sur Internet et utiliser un VPN, renseignez-vous sur le Web pour trouver des conseils.

 

Et Tor ?

Tor (acronyme de The Onion Router),  est un logiciel libre qui repose sur un réseau mondial décentralisé de routeurs organisés en couches. Si vous utilisez Tor pour vous connecter à Internet, votre connexion est chiffrée et cryptée et passe par de multiples relais et est alors difficilement traçable. En anonymisant les échanges, le logiciel protège donc en grande partie du tracking et de la surveillance.

 

Tor propose aussi de publier des sites cachés  en  masquant l’identité du serveur qui les héberge..

 

En raison de ses caractéristiques, Tor a ses défenseurs et ses détracteurs. S’il a permis d’offrir à beaucoup une solution en regard à   à la censure, moins drôle, il a aussi été utilisé comme technologie de surveillance des populations par les états et pour mener des activités illégales, voire criminelles.

 

Lequel utiliser ?

Première différence : Tor est gratuit, tandis que les VPN gratuits sont peu nombreux et rarement de bonne qualité ! Le prix d’un bon VPN varie entre 3 et 11$ par mois.

Cependant, la connexion (donc le chargement des pages, etc.) est considérablement plus lente via Tor que par un VPN, puisque Tor fait passer les données par un grand nombre de relai.

De plus, tout le « trajet » des données n’est pas codé quand on utilise Tor, les VPN garantissent donc en général un plus grand anonymat.

 

Dans tous les cas, ces solutions ne sont que partielles, et ne peuvent prétendre être 100% sures. Qui le pourrait ?

 

Modifier et effacer ses données

Parce qu’on est tous humains et que l’on peut faire des erreurs, il arrive que l’on divulgue des informations personnelles que l’on regrette, que l’on accorde des autorisations d’accès et publications à nos données  sans trop nous en rendre compte ou bien réfléchir.
Sachez que tout n’est pas perdu dans ces cas.

Selon la loi Informatique et Libertés de 1978, vous avez le droit d’accéder et de rectifier vos données ainsi que de vous opposer à leur utilisation. Vous avez aussi un droit au déréférencement.

 

Droit d’accès et de rectification

Si un site possède des données sur vous (vous avez rempli un formulaire, donné des informations, etc.), vous pouvez écrire à son responsable pour savoir exactement ce qu’il a sur vous. Pour cela, allez voir du côté des Mentions légales, une rubrique présente sur tous les sites, et contactez le responsable des données utilisateurs. Si le responsable du fichier ne répond pas de manière satisfaisante deux mois après votre demande, adressez une plainte auprès de la CNIL. (http://www.cnil.fr/vos-droits/plainte-en-ligne/)

Même démarche si vous voulez modifier des données qu’un site a sur vous ou que vous voulez retirer l’autorisation que vous avez donné par accident à un site d’utiliser vos données.

Vous avez laissé coché une case disant que le site avait le droit de vous envoyer des mails, donc de vous garder dans sa base de données client ? Envoyez un mail par le biais des Mentions légales du site.

 

Droit de déréférencement

Si vous estimez que le fait de retrouver sur les moteurs de recherche, en tapant votre nom, une photo ou un texte vous porte préjudice, vous pouvez demander à ces moteurs à  ce qu’ils soient « déréférencés ». C’est le principe du « droit à l’oubli numérique ».

Attention, déférencer ne signifie pas supprimer. L’information reste en ligne mais n’est plus associée à votre nom.

Par exemple, si un journal a publié un article diffamatoire sur vous, une fois déférencé  par Google on ne tombera plus sur celui-ci lorsque l’on tapera votre nom sur ce moteur. Mais la page web existera toujours, et il sera possible d’y accéder par exemple en demandant à feuilleter l’édition du jour où elle a été publiée.

 

Pour savoir comment faire, rendez-vous sur le site de la CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés)