DUI Union européenne

Soutenu par l'Union européenne

Premiers résultats de l'étude :« Comprendre le comportement des enfants et des adolescents sur Internet »

À l'occasion du « Safer Internet Day »,Fréquence écoles dévoile les premiers points forts de l'enquête financée par la Fondation pour l'Enfance et soutenue par la Délégation Interministérielle à la Famille et Mitsubishi Electric Europe.

Premiers constats de l'étude :

> Les jeunes sont avertis des graves menaces, mais peu sensibilisés aux dangers quotidiens
- 85,9% pensent qu'il existe des dangers sur Internet. Pourtant, il existe un fort contraste entre les représentations qu'ils ont des risques, et la réalité éprouvée.
- Ainsi, 44,9% citent comme danger n°1 la mauvaise rencontre,
- mais lorsqu'ils sont interrogés sur leurs propres mauvaises expériences, ils évoquent à 47% les images choquantes qu'elles soient pornographiques ou violentes, puis à 36,4% les virus et le piratage (36,4%).

>  Des données personnelles qui circulent
 - 80% affirment avoir déjà laissé des informations les concernant.
Les mentions les plus identifiantes sont le nom de famille (46,3% du panel) et le numéro de téléphone (18,8%).
Ce chiffre est toutefois à relativiser et ne pas attribuer à de l'imprudence pure, puisqu'il est impossible, par ex de créer un compte Facebook sans laisser son nom, commander sur un site sans laisser son adresse de livraison ou un numéro de téléphone en cas de problème , etc...

> Des adolescents bien informés

-  93,1%  dit avoir été informé sur les risques du web
- 64, 5 % citent leur mère comme premirère source d'information,  devant la télévision (62,7%), le père (55,4%) et enfin les journaux ou les livres (40%).

> Et pourtant très nombreux à avoir vécu des expériences négatives sur Internet
L'étude chiffre ces expériences "facheuses ou désagréables" ainsi !
- 2 élèves scolarisés en primaire sur 3
- plus de 80% au collège et au lycée.

 Fruit d'une année de travail de deux sociologues, cette enquête de fond s'est déroulée en deux temps : une série de 50 entretiens individuels avec des jeunes et leurs parents à leurs domiciles, puis la passation d'un questionnaire auprès de 1000 élèves, du primaire au lycée, sur leur usage d'Internet. Les résultats finaux de l'étude seront publiés par l'association Fréquence écoles au mois de mars.