DUI Union européenne

Soutenu par l'Union européenne

L’info chez les jeunes : à l’heure de l’infobésité, comment s’informent-ils ?

A l’heure de l’explosion des réseaux sociaux, la jeune génération semble composer avec la multiplication des sources et moyens d’information qu’elle a désormais à sa disposition. 

Publié début mars, le rapport de la fondation Knight donne à comprendre les pratiques informationnelles des jeunes. Entre Juin et juillet 2016, la fondation a étudié les comportements des jeunes adultes américains de 14 à 24 ans vis-à-vis de l’information et s’est intéressée à l’influence des smartphones, des réseaux sociaux, et des algorithmes sur leurs habitudes de lecture dans un rapport « How youth navigate the news landscape».

« L’info par accident »

La jeune génération rencontre l’information « par accident » en parcourant les plateformes. Elle ne va pas chercher l’information, l’info vient à elle via les réseaux sociaux et les portables. Les  adolescents et jeunes adultes semblent apprécier cette sérendipité. Et si les médias les suivent plus souvent qu’ils ne les suivent, la pratique fréquente de partage par capture d’écran pose des difficultés pour mesurer l’audience de certains médias auprès des jeunes.

Confiance en berne et stratégie d’évitement

La plupart des adolescents et des jeunes adultes manifestent un scepticisme généralisé vis-à-vis des médias et de l’information qu’ils reçoivent, souvent qualifiée de partisane et imprécise. Mais contrairement aux idées reçues, la jeune génération consulte très souvent plusieurs sources pour vérifier les informations qu’elle rencontre. 

De nombreuses déclarations font état d’un relativisme accru, la jeune génération semble tenir pour acquis qu'il n'y a pas d'information objective. Ainsi, nombreux sont ceux qui considèrent que les contenus produits par le public et surtout les vidéos live sont plus crédibles que les médias traditionnels. La recommandation entre pairs a plus de poids que le professionnel de l'info.

Algorithme et bulle de filtre

La jeune génération semble aussi avoir conscience du biais imposé par les propositions automatiques des informations qui leur parviennent.

 

Qu'en conclure ?

Les adolescents et jeunes adultes américains sont certes passifs vis-à-vis de l’information mais semblent avoir développé des pratiques informationnelles qui montrent, loin des idées reçues, un discernement certain sur les nouvelles sources et moyens d’information mis à sa disposition.

 

Aller plus loin :

Lire le rapport de la fondation Knight