DUI Union européenne

Soutenu par l'Union européenne

Enfants et écrans - L'avis de l'Académie des sciences

L'académie des sciences présente aujourd'hui les conclusions de son avis sur les "enfants et les écrans" dans lequel elle s'attache à démêler le vrai du faux sur les effets de l'exposition des enfants aux différents écrans du quotidien et à apporter des recommandations d'usages.

L'originalité de cet avis, selon ses auteurs est d'intégrer les données scientifiques les plus récentes de la neurobiologie, de la psychologie et des sciences cognitives, de la psychiatrie et de la médecine avec la réalité rapidement évolutive des technologies et de leur utilisation. Le texte dresse un état des lieux des enjeux, des bénéfices et des risques de ce bouleversement, et souligne la nécessité d'une pédagogie différenciée selon les âges, du bébé à l'adolescent.

L'ouvrage ne manquera pas de relancer le débat sur les apports du numériques versus ses dangers, en particulier auprès du très jeune public.
« L'utilisation de l'Internet et d'outils numériques variés a transformé d'abord les loisirs, puis l'apprentissage, l'éducation et la formation culturelle des enfants de tous âges rappelle dans la préface, Jean-François Bach, Secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences. Cette évolution, qui apparait aujourd'hui irréversible, a des effets positifs considérables en améliorant l'acquisition des connaissances et des savoir-faire, mais aussi en contribuant à la formation de la pensée et à l'insertion sociale des enfants et des adolescents.

Le rapport, qui n'exclue pas des apports positifs des écrans interactifs de type tablette dès deux ans pose néammoins les conditions d'usages encadrés .Il précise que l' utilisation trop précoce ou une sur-utilisation des écrans a des conséquences délétères durables sur la santé, l'équilibre et les activités futures -intellectuelle, culturelle et professionnelle- ; un continuum existe entre les troubles de la concentration, du manque de sommeil et de l'élimination des autres formes de culture, et la « pathologie des écrans », qui provoque d'éventuels comportements dangereux.


L'Avis et ses 26 recommandations se proposent d'esquisser les bonnes pratiques d'une éducation progressive, adaptée à chaque âge (avant 2 ans, entre 2 et 6 ans, entre 6 et 12 ans), pour préparer les adolescents (après 12 ans) à autoréguler leur rapport au monde numérique. 

 

L'ouvrage est signé par Jean-François Bach (biologiste et médecin), Olivier Houdé (professeur de psychologie du développement), Pierre Léna (Astrophysicien et co-fondateur de La main à la pâte), et Serge Tisseron (psychiatre et psychanalyste)

 

Lire l'ouvrage