DUI Union européenne

Soutenu par l'Union européenne

Empreinte numérique des enfants : une étude alerte les parents

53% des parents postent des photos de leur enfant sur Facebook, et en moyenne ce sont 195 photos de lui qui sont postées chaque année. A l’âge de 5 ans, les photos d’un enfant ont été partagées 973 fois. Ces chiffres montrent une montée inquiétante de la   tendance au « sharenting » (contraction de « share », partager, et « parenting », être parent).

 

L’étude de Nominet pour Knowthenet sur l’empreinte numérique des enfants, publiée le 26 mai, montre en effet que les parents britanniques postent en moyenne 195 photos de leur enfant par an sur les réseaux sociaux, et ce nombre monte à 208 si l’enfant est âgé de moins de 16 ans.

Si plus de la moitié des parents disent se sentir concernés quant à la possibilité que quelqu’un puisse récupérer les photos de leur enfant sans leur permission, 46% ont vérifié leurs paramètres de confidentialité une ou deux fois (ce qui est un début), 17% ne les ont jamais regardé et 6% les ont réglé de façon à ce que tout le monde puisse voir leurs publications.

Ce manque de prudence se double souvent d’un manque de connaissance : si plus de 2/3 utilisent leur smartphone pour prendre des photos de leurs enfants et les mettre sur les réseaux sociaux, seule la moitié sont conscients que celles-ci contiennent des données de localisation. De même, 39% des parents pensent détenir entièrement les droits des photos de leurs enfants qu’ils postent sur Facebook.

Facebook, s’il est le principal réseau social de partage de photos pour les parents, n’est pas le seul : 14% des parents britanniques postent des photos de leur enfant sur Instagram et 12% sur Twitter. La possibilité pour tout un chacun - ou presque - d’avoir accès aux photos de n’importe qui sur ces derniers réseaux renforce la probabilité d’une diffusion de l’image qui ne disparaitra sans doute jamais du Web.

L’avis des enfants dans tout cela ? Seuls 12% des parents consultent leur enfant avant de poster une photo de lui sur les réseaux sociaux, et un tiers admettent avoir posté des photos de leur enfant alors que ce dernier leur avait demandé de ne pas le faire.

Ces nouvelles pratiques posent frontalement la question de l'e-parentalité.
Apprentissage de la vie privée et du droit à l’image des parents, gestion des traces, modèle parental... plus que jamais les actions d'information et éducation semblent nécessaires.

 

Plus d’infos et de conseils

L’étude de Nominet

Notre article de conseils à l'intention des parents

L’analyse des résultats par une chercheuse de la London School of Economic