DUI Union européenne

Soutenu par l'Union européenne

Campagne Hubertine Auclert « Stop-cybersexisme »

Du 2 au 9 avril, une campagne de sensibilisation a été lancée par le centre pour l’égalité femmes-hommes Hubertine Auclert afin de stopper les violences entre adolescents sur Internet. Une première.
Cette campagne s’adresse aux adolescents, chez lesquels les victimes du cyber-sexisme sont majoritairement des filles.
D’après la dernière enquête de l’éducation nationale en 2014, 21% des filles contre 15% de garçons sont en effet victimes de cyberviolence. Et dans 37% des cas, les actes sexistes sont commis par les garçons envers les filles.

Cybersexisme, qu’est-ce que c’est ?
Le terme emprunte au vocabulaire anglais pour désigner diverses formes de violence  - insultes, humiliations, harcèlement -  qui ont trait à la problématique de genre, se produisent via Internet et cela dès le collège :

  • Sexting : messages écrits à caractères sexuels non consentis envoyés sur les téléphones portables
  •  Revenge porn « vengeance pornographique » : publication de photos ou vidéos à caractère sexuel publiées sur des sites dédiés à  la vindicte 
  • Happy slapping «  vidéolynchage » : agression physique filmée sur téléphone mobile et diffusée sur Internet
  • Slut shaming « couvrir de honte les salopes » : critique violente à l’égard de filles sur leur tenue et leur allure ou leur comportement sexuel

La région Ile-de-France, partenaire du centre Hubertine Auclert lance cette campagne au sein de son dispositif Jeune Violences Ecoute, une plateforme d’aide aux victimes de violences en milieu scolaire orientée majoritairement vers les adolescents.
 
Si vous souhaitez d’avantage d’information sur le sujet, vous pouvez vous connecter sur le site de TV5 monde, dans lequel vous pourrez aussi trouver un interview de Clemence Pajot, directrice du centre Hubertine Auclert  CLIQUEZ ICI
Pour plus d’information sur notre site
Sur le harcèlement
Sur la sexualité 
Sur le happy slapping