DUI Union européenne

Soutenu par l'Union européenne

L’AFA : Bilan 2011 sur le retraits des contenus illicites

La Directive relative à l'exploitation sexuelle des enfants, publiée au Journal Officiel de l'Union Européenne le 13 décembre 2011, oblige les États-Membres à prendre les mesures nécessaires afin d'assurer le retrait rapide des pages contenant ou diffusant de la pédopornographie hébergées sur leur territoire, et encourage leur retrait lorsque ces pages sont hébergées dans des pays situés hors de l'Union Européenne.

L'Association des Fournisseurs d'Accès et de Services Internet (AFA) diffuse aujourd'hui le bilan 2011 de sa hotline Point de Contact, et observe l'efficacité de la procédure de notification et de retrait des contenus illégaux, et notamment de la pédopornographie.
• Sur 576 contenus illicites retirés en 2011, 324 contenus pédopornographiques (soit près de 60%) ont été retirés à la suite des actions menées par Pointdecontact.net.
• En France, 100% des contenus pédopornographiques transmis aux hébergeurs ont été retirés, plus de 90% en Europe, et 90% pour la totalité du monde.
• 80% des contenus illicites transmis par la hotline à ses partenaires retirés en 2011
• 86 contenus pédopornographiques ont été localisés en France en 2011, et tous ont été retirés.

Concernant les signalements effectués par les internautes en 2011 :
• Sur les 7820 contenus choquants signalés, 1966 ont été considérés comme illicites au regard de la loi française par le service Point de Contact. Parmi ces contenus, 7202 ont été transmis à l'Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l'Information et de la Communication (OCLCTIC).

En parallèle, 93 contenus illégaux localisés en France ont été transférés aux hébergeurs français identifiés, tandis que 290 ont été localisés dans un pays membre du réseau international INHOPE3, et transférés à la hotline partenaire compétente.
Le réseau INHOPE permet d'obtenir le retrait à la source de contenus pédopornographiques dans 364 pays du monde, grâce aux actions du Point de contact et de ses 39 homologues internationaux.

Le retrait à la source va enfin dans le sens demandé par la Directive européenne sur l'exploitation sexuelle des enfants du 13 décembre dernier