DUI Union européenne

Soutenu par l'Union européenne

30% des Français équipés de logiciels anti-publicité : « un phénomène d’ampleur nationale » selon une étude Ipsos pour IAB, principal acteur de la publicité sur Internet

C’est un phénomène qui dépasse largement le cercle des geeks. Trois internautes français sur 10 sont équipés d’adblocker, un système qui permet de passer outre les publicités, selon une étude de l’institut Ipsos commandée par l’IAB, l’association qui regroupe les principaux acteurs de la publicité sur Internet et publiée le 9 mars 2016.

Le niveau d’équipement varie selon les âges. Les plus jeunes sont les plus accros à ce type de solutions, mais les plus de 60 ans ne sont pas en reste. La majorité des internautes équipés d’adblocker a entre 16 et 24 ans (53%), détaille cette étude réalisée du 5 au 11 février auprès de 13 000 personnes. Les 25-34 ans représentent 39% et les plus de 60 ans, 20%.

 

 

Les utilisateurs d’adblock jugent la publicité sur Internet de « plus en plus énervante » (à 71%) et « répétitive ». La « perturbation de la navigation » est la raison évoquée par 85% des internautes qui ont choisi de s’équiper d’un logiciel pour bloquer les publicités.

Seul point positif de l’étude pour les médias et les professionnels de la publicité, 56% des Internautes interrogés disent désactiver leur adblocker pour accéder à certains sites et contenus (62%).

Les professionnels de la pub en ligne veulent croire que le mouvement est réversible et l’IAB France invite les acteurs de la publicité à créer des formats moins intrusifs et les éditeurs à  « engager un dialogue constructif avec les utilisateurs d’adblock ».

 

 

Les médias français lancent ce 21 mars une semaine « anti-adblockers ». Durant toute la semaine, une majorité d’entre eux est censée demander aux internautes équipés d’adblocker de le désactiver pour pouvoir accéder aux contenus du site. Le journal Les Echos mène depuis février un test sur le site afin d’inciter les internautes à renoncer à leur logiciel bloqueur de pub. Les internautes venant s’informer sur le site et utilisant un adblock ont le choix : soit ils le désactivent et acceptent de participer à la monétisation du site, soit ils refusent et devront, s’ils veulent continuer à lire Les Echos, se résoudre à s’abonner. En Allemagne, le Bild, le quotidien le plus lu d’Europe, a été le premier à installer un système similaire. Une épreuve de force qui marcherait à en croire le groupe d’Axel Springer. Le Bild a désormais 315 000 abonnés payant, chiffre en hausse de 25%.

 

Aller plus loin :

http://www.ipsos.fr/communiquer/2016-03-09-adblock-nous-sommes-tous-responsables

http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/021716423613-en-france-les-echos-montent-au-creneau-contre-les-adblockers-1202067.php

http://rue89.nouvelobs.com/2016/03/10/tas-adblock-portrait-robot-internautes-gaves-pub-263422

http://www.blogdumoderateur.com/iab-deal/